Le président du Conseil d’administration de la VAMC, Nguyên Quôc Hùng. Photo: Capture d'écran/NDEL

 

Hanoi (VNA) - Le président du Conseil d’administration de la Compagnie générale de gestion d’actifs du Vietnam (VAMC), Nguyên Quôc Hùng, affirme que le traitement des créances douteuses acquises des organismes de crédit se poursuit bien, malgré les difficultés. L'entretien accordé par Ngoc Quyêt et Linh Thao.

- Que pensez-vous de la rumeur selon laquelle la VAMC n’aurait encore rien fait des créances douteuses acquises des organismes de crédit?

L’application du train de mesures du gouvernement et de la Banque d’État du Vietnam a abouti à un ratio de créances douteuses de 2,9% au sein du système bancaire en septembre dernier, c’est-à-dire en deçà de la limite des 3% fixées par les autorités. De fait, la VAMC a traité 41,3% du volume des créances douteuses du système bancaire. En d’autres termes, la rumeur, selon laquelle 226.000 milliards de dôngs de créances douteuses achetées par la VAMC n’auraient fait l’objet d’aucun traitement, est fausse.

Depuis le commencement de notre activité, nous avons émis nos titres obligataires spéciaux pour acquérir plus de 6.000 créances de diverses catégories de 37 institutions financières. Nous continuons de les classifier, de les réévaluer afin de pouvoir refinancer lesdites institutions pour les soutenir dans leurs difficultés.

- En regard du montant actuel de créances douteuses qui demeure, plusieurs spécialistes estiment que l’activité de la VAMC est trop lente. Qu’en est-il?

Cette activité est très complexe. En tant qu’organisation intermédiaire qui acquiert les créances résultant de crédits à des clients des banques - qui sont pour l’essentiel des entreprises - la VAMC n’a pas beaucoup de compétences en termes de prise de décision sur les biens des débiteurs. Durant la phase d’évaluation de la valeur des biens ou de leur adjudication forcée, les débiteurs n’acceptent pas, dans la plupart des cas, que leurs biens soient vendus au prix du marché, sinon à la condition qu’il permette de régler intégralement leur dette.

La VAMC rencontre aussi des difficultés dans la réalisation des garanties immobilières ou de la saisie des biens des débiteurs en raison de leur absence ou de leur opposition. En outre, nombre de ces biens donnés en garantie ou saisis font l’objet de litige de nature civile.

Le traitement des créances douteuses est au cœur de la restructuration des banques commerciales. Photo : Trân Viêt/VNA

Autre problème, du fait que le Vietnam ni ses professionnels de la finance ne sont pas engagés sur le segment hautement spéculatif des cessions de dettes, l’évaluation de ces créances souffre sur certains points d’un manque de disposition juridiques en la matière, tandis que nous ne disposons pas de pouvoirs pour y pallier, de sorte que cela entrave le traitement de ces créances.

- Le ratio de créances douteuses de chaque institution financière a été ramené en dessous du plafond légal de 3% et ces dernières ne seront plus obligées de céder leurs créances douteuses à la VAMC. Que va faire la VAMC à partir de 2016?

Dès l’année prochaine, la VAMC se consacrera exclusivement au traitement des créances déjà acquises (revente, réalisation des garanties affectées). Pour les institutions financières qui souhaitent toujours céder leurs créances à la VAMC, nous les achèterons en fonction du prix du marché, mais en limitant l’émission de nos titres obligataires spéciaux. Dans l’avenir, si nos capacités financières sont suffisantes, nous envisagerons de prendre des participations au sein des institutions financières, dans le cadre de leurs opérations de restructuration, afin de les soutenir. -CVN/VNA