Un projet de renforcement de l’enseignement du droit aux jeunes pour la période 2011-2015, approuvé par le Premier ministre Nguyên Tân Dung, a été lancé au premier trimestre de 2011 et sera achevée fin 2015.

Le projet qui bénéficie d’un budget total de 56 milliards de dôngs, prévoit d’enseigner les politiques en matière juridique à 100% des élèves scolarisés, de favoriser les formations de perfectionnement à 70% des enseignants en droit pour les jeunes.

En 2015, 80% des jeunes connaîtront leurs droits et devoirs, 80% des jeunes délinquants seront réinsérés socialement, 70% des jeunes Viêt kiêu connaîtront le droit vietnamien et le taux de jeunes délinquants sera ramené à 10%.

D’après une enquête sociologique, 38,8% des mineurs coupables d'un acte violent sont issus de familles de commerçants, 17% sont des vagabonds ou sans domicile fixe, et 40 % vivent dans une famille monoparentale.

La plupart des interrogés ont déclaré ne recevoir aucune attention de leurs parents ou de leur famille. L’enquête fait cependant ressortir que c’est le manque de services publics, tels que centre de conseils en savoir-vivre ou centre de savoir-faire en éducation pour les parents, ainsi que de programmes de protection sociale, qui est à l’origine de cette situation.

Les renseignements, la prévention et la rééducation des enfants mineurs auteurs de violences demeurent encore très limités. Au lieu de mener une prévention, les organisations concernées se contentent principalement de sanctionner dans le cadre d’une simple lutte contre la délinquance.

De même, les responsabilités individuelle et sociale ne sont pas clairement perçues par les intéressés. L’ensemble de la réglementation concernant la jeune délinquance présente des limites, outre qu’elle ne prévoit pas de mécanismes de suivi et de coordination efficients entre les différents intervenants en ce domaine.

S elon le projet, l’enseignement et la sensibilisation des jeunes aux lois sont de la responsabilité de l’ensemble du système politique et des organisations sociopolitiques comme de tous les citoyens. Il faut donc mobiliser toutes les ressources de la société afin que la mise en œuvre de ce programme soit pleinement effective. – AVI