L’attaquant vedette Lê Công Vinh, qui évolue sous les couleurs du club Sông Lam Nghê An (Centre), est le premier joueur vietnamien à rejoindre le club Consadole Sapporo, au Japon. Prêté cinq mois, il tentera de s’illustrer dans le championnat de 2e division japonais.

Depuis le 1er août, Lê Công Vinh porte officiellement le maillot du Consadole Sapporo, sur l’île d’Hokkaidō, club de 2e division de J. League. Une arrivée rendue possible par la signature d’un contrat tripartite le 22 juillet entre son club Sông Lam Nghê An, celui du pays du Soleil-Levant - le Consadole Sapporo - et l’intéressé lui-même.

Selon le contrat signé, Lê Công Vinh est lié au le club japonais pour cinq mois - du 1er août au 1er janvier 2014 -, où il percevra un salaire mensuel de 7.000 dollars, hors primes. Son maillot est floqué du N°19. Son nouveau club lui accordera trois visites, tous frais payés : l’une au Vietnam pour voir sa famille, et les deux autres pour son épouse et sa petite fille, qui pourront ainsi venir le voir au Japon.

"Meilleur joueur d'Asie du Sud-Est"

Élu "Meilleur joueur d'Asie du Sud-Est" par les lecteurs du site Goal.com entre le 30 juillet et le 4 août, Lê Công Vinh est actuellement le meilleur buteur de la saison 2013 de V-League, avec 14 réalisations. Et le départ de Lê Công Vinh cause un grand vide pour son club, l’équipe étant principalement bâtie autour de lui.

«Pour l’heure, Công Vinh est le meilleur attaquant du pays. Mais pour que le football vietnamien se développe sur l’arène internationale, le staff de Sông Lam Nghê An a favorisé son transfert, même si ce n’est que sous forme de prêt et que cela pourrait se payer cash dans la course au titre. En ce qui concerne les possibilités de lui trouver un remplaçant, nous avons plusieurs pistes», a exprimé l’entraîneur du club Huu Thang.

Lê Công Vinh devient ainsi le 2e joueur d’Asie du Sud-Est à évoluer sous les couleurs d’un club de 2e division de J-League, après le milieu de terrain Tadashi Takeda, qui a la double nationalité malaisienne et japonaise. Mais ce n’est pas la première fois qu’il découvre un club étranger. Pour rappel, il avait joué en 2009 pour le club portugais Leixoes,-qui évolue en Liga Orangina (championnat de 1re division)-pendant quatre mois, grâce au sélectionneur du onze national de l’époque, le Portugais Henrique Calisto. 

Lors des matchs amicaux d’avant-saison, Công Vinh avait inscrit deux buts, le premier contre Custoias, et le second contre Padroense. De bons débuts qu’il n’a malheureusement pas su répéter par la suite - ou par de courtes intermittences -, l’attaquant ayant eu un certain nombre de difficultés à s’acclimater à son nouvel environnement.

Công Vinh n’est en effet entré que deux fois sur le terrain, et en qualité de remplaçant simplement : la première lors d’un match de championnat contre l’équipe UD Leiria, et la seconde lors de la Coupe du Portugal contre Casa Pia, où il a inscrit le but de la victoire (score final : 2-1). Une expérience perçue comme un échec par nombre d’observateurs - journalistes notamment - et ses fans. Mais en réalité, Công Vinh est sorti plus fort en côtoyant un club évoluant dans un championnat européen relevé. Un passage qui a surtout fait des émules chez les jeunes footballeurs du pays, qui savent désormais qu’être Vietnamien et se faire une place dans un grand championnat étranger ne relève plus de l’utopie.

Et maintenant, le Japon

Si l’on doit choisir le meilleur footballeur vietnamien de ces 20 dernières années, Công Vinh fait figure de favori de par ses succès, son professionnalisme et son talent. Il est aujourd’hui le meilleur buteur de la V-League avec 99 buts inscrits depuis ses premiers pas dans ce championnat. Et son club Sông Lam Nghê An peut encore rêver du titre de champion cette saison, le sprint final étant d’ores et déjà lancé.

L’attaquant vedette du onze vietnamien est très heureux de cette nouvelle opportunité qui lui est donnée, comme le montrent ses récentes déclarations à la presse : «Ce prêt est une bonne nouvelle, que ce soit pour mon club ou pour ma carrière professionnelle. C’est un honneur et une excellente chose pour tous les joueurs vietnamiens qui souhaitent évoluer dans un club à l’étranger. Même si le club Consadole Sapporo n’est qu’en 2e division de J-League, le football que l’on y pratique est d’un bon niveau. C’est pour moi l’occasion de progresser dans mon jeu. Si les joueurs japonais ont un esprit de Samurai, moi, je souhaite montrer à tous que j’ai aussi du caractère, en incarnant, en quelque sorte, la vaillance des Vietnamiens». – VNA