Ha Giang (VNA) - Le printemps est la saison des festivals. Lorsque les fleurs de pêche et d'abricot fleurissent, il est temps, pour les ethnies minoritaires de l'ensemble du Vietnam, d’organiser les fêtes du printemps. Chaque ethnie a ses propres fêtes reflétant leurs coutumes, leurs croyances et leurs pratiques agricoles. Cependant, toutes partagent un même souhait de prospérité et de bonheur pour la Nouvelle Année.

La fête du nouveau rizdes Xê Dang à Dak Lak (hauts plateaux du Centre). Photo : DT/CVN


Fête du nouveau riz au Tây Nguyên

La fête du nouveau riz  est organisée par les ethnies minoritaires Ê Dê, Gia Rai, Ba Na, Xê Dang et M'Nông des hauts plateaux du Centre, après la récolte, pour accueillir la nouvelle année. Dédié au dieu du riz, la fête a lieu au début du Nouvel An lunaire pour solliciter une bonne année de cultures. Il sollicite aussi la bénédiction des dieux pour une bonne santé et la prospérité de tous les villageois.

Les offrandes rituelles comprennent du riz parfumé, du ruou cân (alcool de riz à siroter avec un chalumeau de bambou), un coq et un porc. Pendant le festival, le rite dédié au dieu de l'eau est effectué pour demander de l'eau propre et claire, ce qui implique une bonne santé pour tout le monde. En outre, de nombreuses activités sont organisées, tels que chant et danse des gongs, jeux populaires…
 

Organiser la fête Gâu Tào pour remercier les divinités d'avoir donné auxH’Mông une belle récolte. Photo : DL/CVN


Fête Gâu Tào des H’Mông de Hà Giang

Chaque année au printemps, les H’Mông de la province montagneuse de Hà Giang et des provinces du Nord-Ouest, organisent la fête Gâu Tào pour remercier les divinités de leur avoir donné une belle récolte. Dans la langue des H’Mông, Gâu Tào signifie «jeu en plein air». La fête Gâu Tào est la fête traditionnelle de l'ethnie H’Mông, laquelle est liée à une croyance pour la prospérité et le bonheur.

Cette fête est organisée à l'échelle familiale, en réponse à la communauté. Normalement, quand une famille H'Mông n’a pas d’enfant ou peu d’enfants, pour voir la naissance d'enfants de tout sexe, masculin ou féminin, éviter les maladies ou les mauvaises affaires, etc., ils vont prier le dieu en ce sens. Lorsque leur souhait devient réalité, ils célèbrent la fête Gâu Tào pour remercier le dieu.

Selon la coutume, cette fête est organisée durant trois jours, au printemps de trois années consécutives, habituellement par trois familles apparentées par le sang ou par alliance.
 

Un spectacle de gongs sera donné par des jeunes femmes Muong lors de lafête Khai Ha. Photo : TT/CVN

La Fête Khai Ha des Muong Bi de Hoà Binh

La fête Khai Ha (cérémonie de la fin du Têt) est un grand festival de l’ethnie Muong Bi de la province montagneuse de Hoà Binh (Nord). Organisée annuellement après le Têt pour faire le bilan de l'année passée et marquer la nouvelle, cette fête est organisée pour manifester le respect aux dieux et prier une année paisible et prospère.

Selon leurs coutumes, c'est seulement après Khai Ha qu'ils peuvent aller au champ pour lancer la nouvelle, chasser et cueillir dans la forêt. La fête comprend deux parties principales : la cérémonie d'offrandes au temple du village, et diverses activités festives.

Un trait original de cette fête est le rite de réparation du canal qui irrigue toute la région. Chaque famille envoie un membre pour curer et nettoyer le canal. Après, ils participent à un grand repas. Des offrandes de nourriture sont partagées et ils boivent ensemble du ruou cân. Des activités festives s'ouvrent ensuite avec un spectacle de gongs donné par des jeunes femmes Muong, puis des jeux folkloriques tels que tir à l'arbalète, tir à la corde et chant alterné.

La Fête et culte «Xên ban, xên muong» de l’ethnie Thai de la province montagneuse de Son La (Nord) a lieu chaque année au 2emois lunaire, à l’occasion du Nouvel An. Photo : DL/CVN

Fête et culte Xên ban, Xên muong des Thai de Son La

La Fête et culte Xên ban, Xên muong de l’ethnie Thai de la province montagneuse de Son La (Nord) a lieu chaque année au 2e mois lunaire, à l’occasion du Nouvel An, pour exprimer les souhaits de bonheur aux hommes, ainsi que de bons rapports entre le Dieu et l'homme, ainsi qu’entre l’homme et la nature. "Xên", dans la langue des Thai, signifie «fête», tandis que «ban» et «muong» sont des unités sociales de cette ethnie.

Le rituel commence tôt le matin devant l'autel des maisons des Thai, puis il se poursuit à côté de «l'arbre sacré», situé en bordure de forêt. Là, ont lieu les cérémonies d’invocation du bonheur. Le sorcier est habillé en robe traditionnelle noire, un foulard rouge noué sur la tête, et porte un sac Thai qui contient un couteau, une écaille de tortue et un livre de culte. Il pose une épée à côté des plateaux, allume de l'encens, verse de l’alcool, et jette du riz des quatre côtés de l’arbre.

Dans une atmosphère solennelle, le sorcier lit les prières et les louanges en Thai. Lors de la fête, on organise des concours d'adresse et des jeux traditionnels tels que tir à l’arc, nem con (lancer de balles en tissus), outre des représentations de khèn (orgue à bouche en bambou) et de chansons folkloriques. -CPV/VNA