Hanoi (VNA) - La cérémonie de passage à l’âge adulte des Dao, appelée Tù cai ou Câp sac, est un rite obligé pour tous les jeunes hommes de cette ethnie.

Organisée annuel-lement durant les onzième, douzième et premier mois lunaires, la cérémonie Tù cai marque le passage de l’adolescence à l’âge adulte pour les jeunes hommes de l’ethnie Dao âgés de 13 ans. Cette tradition, perpétuée de génération en génération, symbolise les valeurs culturelles de cette minorité ethnique, dont les membres habitent près des frontières Vietnam-Chine et Vietnam-Laos, dans les provinces montagneuses du Nord (Lai Châu, Hà Giang, Tuyên Quang et Lào Cai).

La cérémonie de passage à l’âge adulte des jeunes Dao, appelée Tù cai, est obligatoire. Photo : Quang Dan/VNA/CVN
Les parents estiment que ce n’est qu’après cette cérémonie qu’ils peuvent affirmer avoir réussi à éduquer et à préparer convenablement leur fils à affronter l’âge adulte.

La cérémonie Tù cai, que l’on appelle également Câp sac, a pour but de remercier les génies de la forêt, de l’eau, du riz, de la terre, etc. et de leur faire un rapport sur l’enfance de leurs fils. Les Dao préparent des mets pour le repas qui fait suite à la cérémonie. Il se compose de poulet, d’alcool, de viande, de riz, etc. Ils s’assurent aussi que les participants sont en forme pour accomplir l’ensemble des rites qui les attendent.

Le thây cung (sorcier spécialisé dans les cérémonies de culte) inculque aux jeunes hommes les valeurs morales. Photo : Minh Duc/VNA/CVN

Leçons de morale du sorcier

La cérémonie débute par une présentation des garçons aux ancêtres, qui se voient offrir un cochon tué par les organisateurs. Le sorcier (thây cung), spécialisé dans les cérémonies de culte, doit ensuite purifier l’espace avant de frapper sur un tambour pour inviter les ancêtres à rester pour la cérémonie.

Après les prières et autres demandes adressées aux divinités, les jeunes hommes écoutent attentivement les leçons de morale qui leur sont données.

L’influence prédominante du taoïsme se manifeste dans les rites et les pratiques magiques de la cérémonie, personnalisée en fonction des protagonistes. Chaque participant reçoit un nom, qui ne sera utilisé que pendant les rites religieux. Les prières et les offrandes, principalement des cochons et des poulets dont le nombre et la taille dépendent de la richesse de la famille, se succèdent.

Le Tù cai marque le début de la vie d’adulte d’un jeune homme Dao. Photo : Quang Dan/VNA/CVN
Finalement, chaque garçon reçoit un sac (brevet sacré), qui prouve qu’il appartient par le sang à l’ethnie. Il est désormais considéré comme un homme, membre à part entière de la communauté. Il bénéficie d’un grand crédit auprès de sa famille, de sa lignée et peut dès à présent se charger d’affaires importantes. Les rites laissent ensuite la place aux réjouissances, avec un grand banquet réunissant tous les invités. Ce rite de passage est une fierté pour l’ethnie. Son sens spirituel est fort.

Auparavant, une cérémonie Tù cai durait le plus souvent sept jours. Aujourd’hui, il s’agit plutôt de trois jours et deux nuits, au minimum. -CVN/VNA