Jakarta (VNA) - Les enquêteurs ont arrêté 12 suspects et identifié les cinq assaillants tués au cours des attentats suicide et attaques à main armée jeudi à Jakarta, dans un quartier abritant des centres commerciaux, les bureaux de plusieurs agences de l’ONU ainsi que des ambassades.

Un commando de la police indonésienne lors d'une descente chez un suspect à Cirebon, dans l'ouest de l'île de Java. Photo: AFP
Les autorités indonésiennes ont annoncé, samedi 16 janvier, l’arrestation de 12 personnes impliquées dans les attaques coordonnées de jeudi à Jakarta revendiquées par l’organisation État islamique (EI).

La police a arrêté 12 personnes liées à l’attaque contre Jakarta dans les provinces de Java occidental et Java central ainsi que dans la province du Kalimantan occidental, a précisé le chef de la police nationale, Badrodin Haiti, qui s’exprimait devant la presse.

Parmi les 12 personnes arrêtées, l’une d’elles est soupçonnée d’avoir financé ces attaques avec des fonds reçus de l’EI, a par ailleurs annoncé la police indonésienne.

Les cinq assaillants ont été identifiés: deux d’entre eux avaient purgé des peines de prison. L’un d’eux, Afif, alias Sunakin, s’était entraîné en 2010 dans un camp paramilitaire à Aceh, à la pointe nord de l’île de Sumatra. Il avait été condamné à sept ans de prison pour sa participation à ce camp illégal, mais libéré l’an passé.

L'islamiste radical Afif, alias Sunakim, s'apprête à tirer sur la foule le 14 janvier, dans le centre de Jakarta. Photo: AFP

Le chef de la police nationale a confirmé qu’Afif était l’assaillant portant un blue jean, un tee-shirt noir et une casquette noire, s’apprêtant à tirer sur la foule sur une photo qui s’est répandue comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux indonésiens.

La police a précisé que l’homme avait été recruté pour l’EI par l’extrémiste islamiste indonésien Bahrun Naim. Ce dernier serait le fondateur de Katibah Nusantara, groupuscule d’extrémistes islamistes lié à l’EI que les enquêteurs soupçonnent d’avoir orchestré les attaques depuis la Syrie..

Les cinq assaillants étaient « probablement seulement des exécutants », selon le directeur de la police nationale, Badrodin Haiti. Ces attentats pourraient avoir été l’oeuvre d’une cellule plus large impliquant d’autres militants qui seraient toujours en fuite.

Les attentats suicide et attaques à main armée coordonnées dans le centre de Jakarta jeudi ont fait deux victimes civiles et plus de 20 blessés. Les cinq assaillants ont été tués dans ces violences confirmant les craintes d’émergence de l’EI en Indonésie, pays musulman le plus peuplé au monde. – VNA