Les moustiques, un vecteur de la transmission de la dengue. Photo: Internet

 

Hanoi (VNA) – ​Les derniers mois de l’année, l’épidémie de dengue connaîtra des évolutions complexes. Si le Vietnam n’applique pas des mesures homogènes et énergiques, il ​sera difficile de contrôler l’épidémie.

Ce qui a été constaté par le ministère de la Santé lors d​'une vidéoconférence sur l’intensification du travail de prévention et de lutte contre les épidémies ​à la saison des pluies et des crues ainsi que la dengue, tenue lundi à Hanoï et Ho Chi Minh-Ville.

Selon le chef du Département de la santé préventive, Tran Dac Phu, chaque année, le Vietnam constate de 50.000 à 100.000 ​cas de dengue dont 50 à 100 mortels. Au cours des 7 derniers mois, parmi 58.888 ​cas, 50.496 ​ont été hospitalisés et 17 sont décédés. Par rapport à la même période de l’année passée, le nombre de personnes hospitalisées a augmenté 12,6%.

De plus, le nombre de personnes hospitalisées a grimpé au Nord et au Sud, mais est en baisse au Centre et au Tay Nguyen, sur les hauts plateaux du Centre.

Pour l’heure, 61​ des 63 villes et provinces du pays enregistrent des cas de dengue, les plus nombreux étant à Hanoi, Thanh Hoa, Quang Nam, Binh Duong, Tra Vinh et Tay Ninh.

Selon le Département de la santé préventive, l’expansion de la dengue est due aux évolutions complexes des épidémies au niveau mondial, au changement climatique avec la montée de la température dans presque toutes les régions, un vecteur propice à la transmission de la maladie.

Face à cette situation, le ministère de la Santé a créé 7 groupes d’inspection dans 14 provinces particulièrement touchées. Le secteur de la santé a également coopéré avec les services et branches concernés ​pour organiser des cours de formation sur le contrôle de l’épidémie, cré​er des groupes de lutte et de prévention de l’épidémie sans compter des activités de communication sur cette maladie.

Rien qu'à Hanoi, jusqu’au 24 juillet, la capitale recense 6.699 cas de dengue dont 3 décès. -VNA