vendredi 18 août 2017 - 08:27:36

"Công hiên", un tremplin pour les jeunes talents

Imprimer

En dix ans, le Công hiên (Contributions) est devenu un prix musical prestigieux. Un événement très attendu des artistes, qui contribue aussi à déceler les talents de demain. Détails.

Dix ans déjà que le prix Công hiên, lancé par le journal Thê thao & Van hoa (Sport & Culture) de l’Agence Vietnamienne d’Information (VNA), encourage et rend hommage aux jeunes talents et aux personnes qui font rayonner la musique nationale. Cette année, la remise des prix aura lieu le 6 avril à Hô Chi Minh-Ville.

Les gagnants, jeunes ou plus âgés, sont souvent promis à de belles carrières sur la scène vietnamienne. Certains sont même nommés lors de plusieurs éditions consécutives, Tùng Duong par exemple.

Des jeunes qui brillent


Cette année, la plupart des nommés des sept catégories que comporte le prix Công hiên sont des jeunes. Notamment Nguyên Trân Trung Quân (22 ans), l’un des quatre candidats de la catégorie «Révélation de l’année». Il y a deux ans, peu de monde pensait qu’il poursuivrait sa carrière dans la musique électronique. Car, à l’époque, on l’appelait le «prince de la pop». Il s’est tourné vers ce nouveau style lorsqu’il a sorti, en octobre 2014, l’album Khoi hành (Départ) en collaboration avec le musicien Khac Hung. Le choix de Trung Quân est courageux, car la musique électronique doit encore faire sa place au Vietnam.

Nguyên Trân Trung Quân. Photo : TH

Nguyên Dinh Thanh Tâm, également nommé dans la même catégorie, est très apprécié du public depuis la sortie de son 2e album Gap tôi mùa dông (Me rencontrer en hiver), au début 2014. Un opus plus créatif que le premier, dans lequel il a réussi à trouver une vraie indentité musicale.

Contrairement à Nguyên Dinh Thanh Tâm, la plupart des jeunes artistes cherchent encore leur voie. Certains, comme Ta Quang Thang (nommé pour le «Musicien de l’année») rêvent de créer leur propre style. Pour l’heure, son dernier album Môt tôi rât moi (Un nouveau moi), sorti en octobre 2014, reste dans le courant folk et rock. Les jeunes nommés de cette 10e édition sont tous connus dans le monde du spectacle et appréciés par les artistes chevronnés.

Huyên Sambi, candidate dans la catégorie «Révélation de l’année», a décroché le prix décerné par le Conseil de la presse du Bài hat Viêt 2013 (Chansons Viêt 2013) et le prix Créativité du Bài hat Viêt 2014 (Chansons Viêt 2014). Elle a composé certaines chansons pour l’album de Nguyên Trân Trung Quân. 


Huyên Sambi. Photo : TH

Le "nhac do" dans le vent

Vu Cat Tuong, jeune chanteuse et musicienne, est la favorite au titre de «Musicien de l’année». Elle s’est faite connaître via le jeu télévisé The Voice 2013 (La Voix Viêt 2013) et a attiré l’attention des spectateurs du Bài hat Viêt 2014. De plus, certaines de ses chansons figurent dans les classements des meilleures chansons vietnamiennes. 


Vu Cat Tuong. Photo : TH

Outre la catégorie «Révélation de l’année», de jeunes artistes sont sur les rangs dans les divisions : «Album de l’année» et «Musicien de l’année», des «territoires» généralement réservés aux vedettes et aux musiciens expérimentés.

Le 10e prix Công hiên se distingue des éditions précédentes par une forte présence du nhac do, l’un des nouveaux courants musicaux vietnamiens. Ces chansons ont été composées durant la guerre contre l’envahisseur français (1945-1954), contre l’agresseur américain (1954-1975), mais aussi durant la période qui a suivi la réunification du pays (après 1975). Deux des nommés de la catégorie «Chanson de l’année» sont concernés.

Il y a quatre ans, l’album Bô dôi (Soldat) de Thai Thuy Linh, qui avait composé des chansons de nhac do interprétées dans un style rock, était en lice pour le prix Công hiên. Sans succès. L’année dernière, les oeuvres de ce courant musical étaient continuellement présentes dans les programmes télévisés. De nombreux artistes ont produit des albums du même genre. Vu Thang Loi a sorti, en avril, l’album Tinh ca (Chant d’amour), dans lequel il interprète de célèbres chansons de nhac do. Les œuvres de nhac do seront-elles primées lors de cette 10e édition ? Réponse le 6 avril.

Huit prix Công hiên, un record

«Le prix +Công hiên+ a une signification particulière pour moi», affirme de son côté la vedette My Linh. Elle et son équipe (Duong Thu, Anh Quân, Huy Tuân), qui ont réalisé l’album Chat voi Mozart (Chat avec Mozart), ont reçu le prix «Album de l’année» lors de la 1re édition. Elle espère toujours être en lice pour ce prix à l’avenir, même dans dix ou vingt ans.

Tùng Duong détient, quant à lui, le record des prix Công hiên (huit fois). Il est aussi nommé depuis cinq ans. «Je n’ai jamais oublié mon sentiment lorsque j’ai remporté pour la première fois le prix +Công hiên+ (2004), partage le chanteur. Dix ans se sont écoulés et je suis toujours aussi passionné par la musique». -VNA

Vos commentaires sur cet article ...
Autres