La fête des Thai à Tham Bua. Photo : Ba Liêu/VNA

 

Nghê An (VNA) - Tham Bua est un site pittoresque de la province de Nghê An (Centre). Une région reculée où subsistent bien des facettes de la culture traditionnelle de l’ethnie Thai, tant matérielle qu’immatérielle. Découverte.

Tham Bua, littérale-ment «grotte aux lotus», est le nom d'une région relevant de la commune de Châu Tiên, district montagneux de Quy Châu. Située dans la haute vallée du fleuve Hiêu, elle embrasse tout un espace verdoyant qui encercle le village de Hoa Tiên habité par des Thai. Ce qui frappe de prime abord, c’est la majesté des vieilles maisons sur pilotis. «Avec ses centaines de maisons centenaires et plus, Hoa Tiên est auréolé du titre d’+ancien village Thai+», informe Sâm Van Duân, octogénaire. Longues, massives, ces bâtisses vénérables ont des colonnes taillées dans du bois recherché tel lim (bois de fer), sên (bassia), tau (vatica), dinh huong (giroflier), lat (chukrasia).

Le village de Hoa Tiên préserve nombre d'autres biens matériels de valeur comme gongs, jarres, objets en porcelaine… souvent transmis de génération en génération. «Ils font la fierté de chaque famille», assure Sâm Van Duân. Et d'insister : «Mais, ce dont les villageois sont les plus fiers est le tissage de brocatelles, un métier ancestral». À Hoa Tiên, toutes les femmes, jeunes ou âgées, excellent dans le tissage. Au dessous de chaque maison sur pilotis sont installés les métiers à tisser. Sous leurs mains habiles naissent des brocatelles colorées et finement ornementées, qui deviennent ensuite des foulards Piêu, des jupes, des couvertures, des sacs à main… Un simple coup d’œil permet de savoir si la pièce a été tissée par une jeune fille ou une adulte. «D'ordinaire, les jeunes préfèrent des couleurs vives, alors que les personnes âgées ont tendance à choisir les tons foncées», explique Lu Thi Hông.  

Pour développer ce métier traditionnel, Hoa Tiên a créé une coopérative rassemblant des centaines de tisseuses. En 1990, il a été reconnu «village de brocatelles». Ces derniers temps, les brocatelles de Hoa Tiên ont été exportées dans plusieurs pays comme le Laos, la Thaïlande, le Japon, la Chine, la Corée du Sud, l'Espagne, la France, la Belgique ou l'Italie. Une sorte de consécration pour les artisans locaux.

Les brocatelles, une particularité du village de Hoa Tiên. Photo : Ba Liêu/VNA/

La région de Tham Bua est aussi renommée pour ses sites naturels. La grotte aux lotus mérite une mention particulière. Faisant face à un lac de lotus dont les fleurs s'épanouissent durant l'année, la grotte abrite stalactites et stalagmites aux formes fantasques. Les locaux vous présenteront là «le lit de la princesse», là-bas «l'orchestre de gongs», un peu plus loin «le panier de riz», etc. À vous de faire travailler votre imagination.

La mystérieuse grotte aux lotus

«Une légende locale veut qu’il s’agissait autrefois d’êtres vivants et d’objets qui ont été pétrifiés», revêle Sâm Van Phi. Et d’expliquer cette légende : un jour, une terrible catastrophe naturelle survint à Kham Bua. De l'orage, puis une crue qui inonda toute la région. La princesse et les villageois se précipitèrent vers la grotte aux lotus. Là ils jouèrent des gongs, dansèrent, crièrent ... dans l'espoir de rester éveillés, afin d’éviter la pétrification qui guette tous ceux qui s’endorment. Malheureusement, tout le monde finit par se transformer en pierre...     

Dans la grotte, les rochers illustrent bien des légendes Thai, comme le combat entre les génies de la montagne et des eaux, l'histoire d'amour tragico-romanesque d'un jeune couple ...

C'est dans la grotte aux lotus que se tient chaque printemps une grande fête, qui draine des montagnards venus de toutes les  localités environnantes. Une fête empreinte de l’identité Thai, agrémentée de jeux populaires comme le lancer du con ou  la danse des bambous, de «concerts» de gongs, de concours d'arbalètes, de chants folkloriques, de tissage, de ruou cân (alcool de riz à siroter avec un chalumeau de bambou)...     

En 1997, le ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme a reconnu la grotte aux lotus comme «vestige historique national». –CVN/VNA