L'Ophiocordyceps sinensis de Chine. Source: Internet
Le docteur en agriculture Truong Binh Nguyen, directeur de l’Institut de recherche et d'applications agricoles de hautes technologies relevant de l’Université de Da Lat, et ses collaborateurs, ont publié le 2 août leur recherche scientifique sur la production de pilules d'extraits d'Ophiocordyceps sinensis de Chine (aussi appelé "champignon chenille").

Ces extraits seront fabriqués à partir d'Ophiocordyceps sinensis cultivés par Truong Binh Nguyen et ses collaborateurs.

Ce projet a été évalué le 30 juillet par le Service des Sciences et des Technologies de Ho Chi Minh-Ville.

Ophiocordyceps sinensis, aussi appelé « champignon chenille » ou yarsagumbu (littéralement, ver d'hiver, plante d'été) en tibétain, est un aascomycète de la famille des cordycipitacées originaire du plateau tibétain (Tibet, Chine (Qinghai, ouest du Sichuan, sud-ouest du Gansu et nord-ouest du Yunnan), Himalaya, Népal et Bhoutan).

Il est connu comme champignon médicinal aphrodisiaque et son utilisation a une longue histoire dans la médecine traditionnelle chinoise ainsi que la médecine traditionnelle tibétaine. Au Tibet, il est utilisé depuis plus de 500 ans comme tonifiant, il est utilisé en médecine tibétaine pour traiter des personnes présentant certaines affections cardiaques et rénales, ainsi que pour accroitre la virilité. On rencontre son utilisation en Chine depuis les années 1730.

On en extrait la cordycépine qui a une action anticancéreuse. En plus de la variété Cordyceps sinensis, les chercheurs asiatiques s’intéressent à la variété cultivée C. militaris, qui semble avoir sensiblement les mêmes propriétés : stimulation sexuelle, augmentation de l’énergie physique (effet adaptogène), performances sportives chez les athlètes, soulagement des symptômes de plusieurs maladies respiratoires, notamment la bronchite chronique15 et l’asthme, usages en médecine traditionnelle chinoise, protection des reins… -VNA