Le vice-directeur général de Simco Song Da, Nguyen Ngoc Thach, rencontre les 16 travailleurs vietnamiens à Ain Defla. Phot: VNA

Simco Song Da s'efforce de rapatrier le plus tôt que possible ses travailleurs souhaitant revenir au Vietnam, notamment ​en accélérant les formalités nécessaires pour leur ​retour, a affirmé son vice-directeur général Nguyen Ngoc Thach.

Il a ajouté que ces ​employés vietnamiens brutalisés en Algérie n'ont pas reçu, le 16 septembre, un dédommagement de 1.700 dollars et ​un défraiement pour leur voyage en avion.

En fait, selon lui, ​il s'agit de la somme que la compagnie chinoise Dong Yi Jiang Su a demandé à cha​cun d'entre eux en raison de la fin de leur contrat avant terme. Ce montant est le fruit de deux jours de négociations ​entre Simco Song Da et Dong Yi Jiang Su.

Simco Song Da​ a décidé d'avancer cette somme ainsi que le prix des billets d'avion pour ​aider ces travailleurs ​à revenir au Vietnam. ​La compagnie devrait ainsi avancer près de 2.500 dollars par personne.

Comme prévu, dans dix jours, le premier groupe de travailleurs sera rapatrié.

Le 31 octobre, Nguyen Ngoc Thach et des responsables du Centre d'envoi de travailleurs à l'étranger No3, ​une filiale de Simco Song Da, ont rendu visite​ à ces employés sur le chantier ​d'Ain Defla situé à 250 km au Sud d'Alger. Il s'agit ​de 16 des 55 Vietnamiens envoyés par Simco Song Da pour travailler ​au sein de la compagnie chinoise Dong Yi Jiang Su dans la province de Khenchela. C'est par la suite qu'ils ont été envoyés sur un autre chantier de Dong Yi Jiang Su, à Ain Defla, après ​que deux Vietnamiens aient été brutalisés le 16 septembre dernier.

Il a affirmé faire en sorte de ne pas laisser survenir à nouveau une telle affaire, soulignant qu'il facilitera le retour au pays des personnes souhaitant ​revenir, ​comme de créer de bonnes conditions à ceux qui veulent rester.

Les travailleurs vietnamiens sur le chantier de construction de Khenchela, à 470 km à l’est d’Alger, ont lancé un appel au secours après que deux de leurs compatriotes ont été frappés et blessés, le 16 septembre, par des hommes de la compagnie chinoise Dong Yi Jiang Su, pour avoir refusé de recevoir un salaire forfaitaire alors que leur contrat de travail ​stipulait un salaire journalier et un paiement mensuel...​ -VNA