jeudi 29 juin 2017 - 16:00:35

Redonner au sport scolaire et périscolaire toute sa place

Imprimer

Hanoi (VNA) - Malgré son importance pour le développement global des enfants, l’éducation physique et sportive n’a pas, dans de nombreuses écoles, la place qu’elle mérite. Des mesures ont été prises pour inverser cette tendance.

Une compétition de basketball des élèves du collège-lycée Nguyên Tât Thành, arrondissement de Câu Giây, Hanoï. Photo : Huong Linh/CVN

Des statistiques incomplètes du ministère de l’Éducation et de la Formation montrent que 95% des écoles au niveau national proposent des cours d’éducation physique et sportive (EPS) dans leur programme scolaire et que 75%  organisent des activités sportives périscolaires, qui bénéficient à environ 70% des 15 millions d’élèves. Il en ressort aussi que de nombreuses écoles manquent d’infrastructures d’EPS adéquates.

Rôle important du sport scolaire

Si le sport jouit d’une place relativement importante à l’école, notamment au regard du nombre d’heures d’enseignement, les limites en matière de personnel enseignant et le manque d’installations dans beaucoup d’établissements ne permettent pas toujours aux élèves de profiter pleinement de ses vertus.

Une circulaire conjointe du ministère de l’Éducation et de la Formation et de celui de la Santé, datée de 2011, a réglementé que les zones de jeu et d’entraînement physique doivent occuper 40-50% de la superficie totale des écoles. Cependant, la réalité montre que seulement  7% des écoles du pays disposent d’une salle de sport, 15% de terrains de sport et 1% de  piscines. À  Hanoï, la plupart des écoles publiques ont des aires de jeux. Les écoles privées, par contre, en sont majoritairement dépourvues.

Certains districts de la capitale accordent beaucoup d’attention à l’éducation physique. Ainsi, le district de Thanh Trì a investi massivement dans la construction de piscines pour les élèves de 15 de ses 16 communes; et celui de Thanh Xuân a mis en place des piscines mobiles.

Pour sa part, l’école primaire de la zone résidentielle de Sai Dông, dans le district de Long Biên, propose tous les lundis des cours de  natation au Centre sportif du district. Ces dernières années, de nombreux petits Hanoïens ont aussi découvert le taekwondo à l’école, notamment dans les districts de Tây Hô et Nam Tu Liêm. Certaines écoles des districts de Câu Giây, Hai Bà Trung et Ba Dinh proposent aussi des cours de basketball. Canh Bach Yên, directrice du collège Vietnam-Algérie dans l’arrondissement de Thanh Xuân, a informé qu’outre deux heures d’EPS par semaine, son école a créé des clubs de sport. Des terrains de foot et  de basket sont même en projet.

Remettre en avant le sport à l’école

À Hanoï, la plupart des écoles publiques ont des aires de jeux. Photo : TT/CVN

Lors d’une conférence avec le ministère de l’Éducation et de la Formation tenue fin février 2017, le vice-Premier ministre Vu Duc Dam a souligné «la nécessité de promouvoir   l’EPS à l’école», considérant que «c’est une partie importante du programme scolaire». D’après lui, l’éducation physique doit «retrouver la place qu’elle mérite». Pour cela, la façon d’enseigner et de pratiquer l’EPS devra être réévaluée et améliorée.

Le projet de développement de l’EPS pour la période 2016-2020, et vision d’ici 2025, donne la possibilité aux élèves de choisir un sport  dès la première classe, avec deux heures par semaine. Pour une meilleure qualité de formation, les élèves doivent être divisés en groupes en fonction de critères comme leurs capacités physiques.

Concernant les limites, aussi bien d’un point de vue qualitatif que quantitatif, en matière de personnel enseignant, le ministère de l’Éducation et de la Formation envisage de réévaluer la qualité de ce contingent, et de demander aux écoles de formation d’élaborer des plans répondant aux exigences des nouveaux programmes d’enseignement.

D’ici à 2020, chaque année, le secteur aura besoin de 460 enseignants d’EPS, la plupart pour les écoles primaires. L’école doit offrir les conditions à tous et toutes de se développer dans différents domaines. Le champ sportif en est un majeur. Rappelons que le sport permet à l’enfant d’acquérir cinq compétences : développer sa motricité et apprendre à s’exprimer en utilisant son corps ; s’approprier par la pratique physique et sportive des méthodes et des outils ; partager des règles, assumer des rôles et des responsabilités ; apprendre à entretenir sa santé par une activité physique régulière ; s’approprier une culture physique sportive et artistique. Il a aussi été prouvé que le sport est un facteur de réussite scolaire, ce qui n’est pas le moindre de ses avantages.-CVN/VNA

Vos commentaires sur cet article ...
Autres