Washington (VNA) - La Maison Blanche a appelé vendredi le président chinois Xi Jinping à étendre son engagement à la non-militarisation des îles des Spratleys pour englober la totalité de la Mer Orientale/Mer de Chine méridionale.

Dan Kritenbrink, haut conseiller pour l’Asie du président Barack Obama, a émis l’appel à la fin d’une semaine où la Chine et les États-Unis se sont affrontés sur le déploiement chinois des missiles, des avions de chasse et des radars dans cette mer stratégique par lequel transite entre un tiers et la moitié du trafic mondial de marchandises par voie maritime.

Le président Xi Jinping avait promis lors d’une visite d’Etat aux Etats-Unis en septembre dernier de ne pas militariser l’archipel de Truong Sa (Spratleys), mais les responsables américains ont depuis déclaré qu’ils ont constaté l’intention militaire dans la construction des pistes d’atterrissage et des radars sur place.

On voit sur les images tirées d’ImageSat International (ISI) deux batteries de huit lanceurs de missiles sol-air et un système radar sur l’île de Phu Lâm (Woody). Photo: ISI

 La Chine a envoyé des avions de combat dans un secteur où elle a déployé la semaine dernière des missiles sol-air sur l’île de Phu Lâm (Woody) de l’archipel de Hoàng Sa (Paracels), et installé des radars plus au sud dans l’archipel de Truong Sa, selon les autorités américaines.

"Nous pensons qu’il serait bon si le président Xi Jinping étendrait l’engagement à la non-militarisation à toute la Mer de Chine méridionale", a déclaré Kritenbrink lors d’une conférence au Centre d'études stratégiques et internationales. "Nous allons encourager nos amis chinois et d'autres pays de la région à ne pas prendre des mesures susceptibles d’accroître les tensions."

L’amiral Harry Harris, chef du Commandement américain du Pacifique, a déclaré cette semaine que la Chine est en train de «changer le paysage opérationnel» dans la Mer Orientale et que les États-Unis augmenterait les patrouilles de liberté de la navigation. Son témoignage au Congrès américain a coïncidé avec une visite aux Etats-Unis du ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi.

Kritenbrink a également réitéré que la Chine devrait respecter le verdict d’un tribunal arbitral international prévu plus tard cette année sur son différend avec les Philippines sur la Mer Orientale.

Les Philippines ont été le premier pays à saisir la Cour permanente d’arbitrage (CPA), organisation internationale basée à La Haye, pour dénoncer les revendications territoriales de la Chine en Mer Orientale.

Professeur Philippe Sands et Paul Reichler, avocats des Philippines. Photo: Official Gazette
Pékin revendique des droits de souveraineté sur la quasi-totalité de la Mer Orientale et y mène d’énormes opérations de remblaiement d’îlots, transformant des récifs coralliens en ports, pistes d’atterrissage et infrastructures diverses.

"La souveraineté du Vietnam sur Hoang Sa et Truong Sa est indiscutable", a affirmé jeudi  le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Lê Hai Binh.

"En dépit des protestations et des préoccupations du Vietnam et de la communauté internationale, la Chine continue de mener des actions qui non seulement porte gravement atteinte à la souveraineté du Vietnam, intensifient la militarisation en Mer Orientale, mais aussi menacent la paix et la stabilité dans la région comme la sécurité, la sûreté, la liberté de la navigation maritime et aérienne en Mer Orientale", a-t-il dénoncé

"Le Vietnam s’oppose fermement à tous actes de violation de sa souveraineté et demande à la Chine d’être responsable et constructive dans ses propos comme dans ses actes pour maintenir la paix et la stabilité dans la région et dans le monde, sur la base du respect du droit international, a fortiori la Convention des Nations Unies de 1982 sur le droit de la mer (UNCLOS) et la Déclaration sur la conduite des parties en Mer Orientale (DOC)", a-t-il conclu. - VNA