Afin de tirer profit de la niche des consommateurs ruraux, depuis 2009, une centaine de foires réunissant des stands de producteurs nationaux ont été organisées un peu partout dans le pays. Premiers résultats prometteurs.

C’est en tout cas ce qu’ont affirmé plusieurs entreprises du pays lors d’une récente réunion ayant pour objet de dresser un bilan du programme « Les Vietnamiens consomment vietnamien », mis en place par le politburo du PC national.

L'objectif : vendre les produits directement du producteur au consommateur, des articles ménagers aux vêtements, en passant par la nourriture, notamment. Ainsi, une première foire commerciale a été mise sur pied en zone rurale il y a quatre ans, et depuis, quelque 99 autres ont été organisées aux quatre coins du pays. Chacune d'entre elle attire actuellement en moyenne entre 30 et 50 stands d'entreprises contre 10 au début.

Bùi Dinh Thang, directeur général adjoint de la compagnie de fabrication de balances Nhon Hoà, l'une des premières participantes à cette campagne de promotion, a indiqué : " Auparavant, notre part de marché domestique était déjà conséquente. Mais nous vendons désormais plusieurs milliers de pièces par an contre quelques centaines il y a 5 ans ". Selon lui, ce type de d'action permet non seulement d'écouler plus efficacement la marchandise, mais aussi de mener des études de satisfaction et de besoin plus précises pour améliorer la qualité des produits. Le marché rural représente aujourd'hui l'un des plus prometteurs pour les balances Nhon Hoà. " C’est pourquoi nous cherchons à l'exploiter au maximum", affirme M.Thang.

Pour sa part, Ly Thành Sinh, directeur de l'entreprise Minh Long Hung, spécialisée dans la fabrication de vêtements pour enfants, est formel : " Après 20 ans d’activités, nous avons décidé de ne cibler désormais que ce marché. Et en dépit du contexte économique difficile, nous avons connu une croissance de 300 % en 2012".

De fait, aux dires de plusieurs entreprises, ces foires leur permettent de développer leur production, d’améliorer la qualité et de renforcer leur compétitivité. D'autant qu'en allant directement à la rencontre des consommateurs, elles décèlent bien plus facilement leurs propres atouts et faiblesses.

Témoignages

Selon Vu Kim Hanh, directrice du Centre d'études du commerce et de l'aide aux entreprises de Hô Chi Minh-Ville (BSA), organisateur de ces foires, "il est difficile d'en faire un bilan détaillé. Pourtant, à travers chacune d'entre elles, les sociétés trouvent en moyenne entre 3 et 5 nouveaux distributeurs pour développer leur commerce sur place. En outre, le volume de produits présents en zone rurale a en moyenne augmenté de 30% par rapport à la période précédent la mise en place de ce programme". 

Le volume de produits vietnamiens présents en zone rurale augmente de plus en plus.

Et le directeur de Minh Long Hung d'ajouter : "Nous avons atteint les objectifs que nous nous étions fixés en participant à cette campagne, à savoir la création d'un label, la promotion de notre image, et l’organisation d’un réseau de distribution".

Quant à Luong Van Vinh, directeur de la compagnie de produits de beauté My Hao, il estime que ces foires constituent un support publicitaire efficace. L'entreprise détermine désormais le marché rural comme l’une de ses cibles stratégiques.

Environ 70% de la population vietnamienne vit en campagne. Le pays compte 9.000 marchés et 500.000 magasins, permettant d’écouler 80% du volume total de marchandises. Le pouvoir d’achat des ruraux est 3 fois plus élevé que celui des citadins. - VNA