Hanoi (VNA) – Ces derniers temps, des œuvres cinématographiques vietnamiennes ont remporté plusieurs prix prestigieux lors de festivals internationaux. Elles attirent de plus en plus de passionnés du 7e art, de tous âges.
 
Une scène du film +Cha cong con+ (Père et Fils) du réalisateur Luong Dinh Dung. Photo : TT/CVN

Malgré les difficultés rencontrées, les jeunes cinéastes vietnamiens tentent de poursuivre la quête du succès.

Le film "Cha cong con" (Père et Fils) du réalisateur Luong Dinh Dung a connu un succès marquant. Il a en effet été récompensé de plusieurs prix internationaux, dont le prix du meilleur long métrage au Diversity Film Festival en novembre dernier et le prix de la meilleure photographie au Festival du film Barcelona Planet en janvier dernier. Au mois d’avril, "Cha cong con" a reçu l’Indie Spirit Best Storyline Award (Meilleure intrigue de film indépendant) au 15e Festival international du film de Boston, aux États-Unis.

Une nouvelle génération de cinéastes

Trois autres films indépendants seront projetés lors de la 70e édition du Festival de Cannes qui se tiendra du 17 au 28 mai. "Culi khong bao gio khoc" (Le loris ne pleure jamais) et "Vi" (Goût) concourront dans la catégorie «Atelier» qui cible et donne des opportunités de production et de financement aux jeunes réalisateurs émergents. Les deux films reflètent les tendances de la dernière décennie dans l’industrie cinématographique du pays.

"Culi không bao gio khoc" est le premier long métrage de Pham Ngoc Lân, 31 ans, originaire de Hanoï, l’un des jeunes talents cinématographiques de la ville. Ce film a participé à la 21e édition du Festival international du film de Busan l’année dernière.

"Vi" a été dirigé par Lê Bao, 27 ans, originaire de Hô Chi Minh-Ville. Il a été présenté comme le projet ayant le plus grand potentiel dans la catégorie «Film expérimental d’Asie du Sud-Est» au Festival du film de Singapour de l’année dernière.

L’œuvre "Vo Ba" (La troisième femme), de la réalisatrice Nguyên Phuong Anh, a également été sélectionnée pour le 70e Festival de Cannes.

Parmi les jeunes réalisateurs, Trân Dung Thanh Huy est aussi prometteur. Son premier long métrage, "Thang Rom" (Le petit Rom), inspiré du film "16:30", a aussi remporté le prix du meilleur court-métrage au Cerf-volant d’or 2012. Avec "Thang Rom", Trân Dung Thanh Huy s’est rendu à Los Angeles, aux États-Unis, pour participer à un cours de formation de cinq jours. – CVN/VNA