Hanoi, (VNA) – Les SEA Games 29 devront servir de tremplin en vue des prochains Jeux d’Asie et Jeux olympiques. Les récents succès internationaux ont aiguisé l’appétit des instances sportives nationales.

Aujourd’hui, le Vietnam voit plus grand et privilégie, dans ses politiques d’investissement, les disciplines olympiques. Photo : VNA

Pendant des décennies, les Jeux d’Asie du Sud-Est (SEA Games) furent le rendez-vous principal du sport vietnamien. Mais avec l’accumulation des succès à l’international dans nombre de disciplines, dont une médaille d’or au pistolet à 10 m hommes du tireur Hoàng Xuân Vinh aux Jeux olympiques (JO) de Rio en 2016, les instances sportives nationales ont revu leurs ambitions à la hausse. Les Jeux d’Asie (ASIAD) et les JO sont désormais aussi en ligne de mire. Il n’est plus question d’y faire que de la simple figuration. Les SEA Games 29, prévus du 19 au 31 août en Malaisie, devront servir de tremplin en vue de ces deux grands rendez-vous planétaires.

En route vers les ASIAD et JO

«Il faut se concentrer dans les disciplines figurant aux JO», a estimé Nguyên Ngoc Thiên, ministre de la Culture, des Sports et du Tourisme, avant de demander aux instances sportives nationales de définir les SEA Games 29 en tant qu’étape de préparation en vue des ASIAD et JO.

Concrètement, les instances sportives vont «mettre le paquet» sur les disciplines figurant dans le calendrier des compétitions aux ASIAD et JO. Elles vont aussi donner la priorité à des disciplines où le pays peut désormais prétendre rivaliser au niveau international.

Les instances sportives ont établi un classement par priorités, sous forme de groupes. Le premier comprend les disciplines où les chances de titre(s) aux JO sont réelles : athlétisme, natation, tir, gymnastique artistique et haltérophilie. 

Le deuxième réunit 14 disciplines nécessitant des investissements : escrime, taekwondo, judo, tir à l’arc, karaté, cyclisme, wushu, boxe, pencak-silat, football, volley-ball, tennis de table, pétanque et Muay Thaï. Ces disciplines figurent au programme des ASIAD et/ou JO. 

Le troisième contient celles où le Vietnam dispose de brillants représentants, expérimentés ou en devenir, et qui tous ont le potentiel de glaner un titre lors de ces deux rendez-vous : tennis, «foot-bag» (sepak takraw ou kick volley-ball), billard, badminton, futsal, basket-ball, tennis et golf. 

Le quatrième, enfin, concerne les disciplines bénéficiant déjà d’assistances financières privées : bowling, voile et natation synchronisée.

Aux SEA Games 28, la sélection vietnamienne d’escrime a remporté huit médailles d’or. Photo : VNA

Selon les prévisions, la délégation vietnamienne qui fera le voyage en Malaisie cet été sera composée de 650 à 750 membres. L’objectif est de remporter de 49 à 62 médailles d’or. Parmi les 31 disciplines et épreuves où le Vietnam participera, 16 ont été définies comme «médaillables». Parmi elles, boxe, judo, haltérophilie, pétanque, Muay Thaï et cyclisme. La concurrence sera rude mais nos sportifs feront tout pour monter sur le podium.

Un carton dans les disciplines olympiques

Les SEA Games 28 disputés en 2015 à Singapour sont reconnus comme les plus marquants de l’histoire des ces jeux. Un succès dû aux préparatifs scrupuleux et à l’organisation ultra-professionnelle du pays hôte. Ces SEA Games 28 ont ressemblé à une petite version des JO. Presque toutes les disciplines étaient en effet représentées aux JO. 

Les SEA Games 28 ont constitué aussi le plus grand succès du sport vietnamien à cette compétition régionale. Le Vietnam y a remporté 186 médailles (73 d’or, 53 d’argent et 60 de bronze), et a terminé troisième au classement par nations. De plus, parmi ses médailles d’or, plus de 85% ont été remportées dans les disciplines olympiques. De bon augure ! Jamais le sport vietnamien n’avait atteint de tels résultats. 

Lors de ces jeux, la nageuse Nguyên Thi Anh Viên a fait les gros titres de la presse d’Asie du Sud-Est avec ses huit médailles d’or et autant de records régionaux battus. Les journaux et sites internet asiatiques lui ont même donné le surnom d’Iron girl (littéralement la «Fille de fer»).

Les SEA Games restent plus que jamais un test pertinent en vue des grands rendez-vous internationaux. Nos sportifs sont en pleine préparation. L’objectif est que le pays figure dans le top 3 du classement par nations, comme en 2016. – CVN/VNA