Paris (VNA) - Les Vietnamiens sont venus résider en France pendant des périodes différentes et ont dû batailler pour gagner leur vie, mais la plupart d’entre eux ont réussi à préserver les costumes et l’identité des Vietnamiens. Le fait de fêter le Têt traditionnel (Têt Nguyên Dan) en France en a toujours témoigné.

Un numéro artistique des enfants vietnamiens en France destiné à saluer le Têt traditionnel. Photo: NDEL

Le Têt d’autrefois

Le Têt traditionnel est un moment de retrouvailles où les membres de la famille laissent de côté leurs soucis de la vie quotidienne pour préparer ensemble le Têt, vivre son ambiance chaleureuse.

En se rappelant le Têt d’autrefois, Nguyên Van Bôn, ancien vice-président de l’Association des Vietnamiens en France a fait savoir qu’avant 1975, il n’existait pas en France de marchés du Têt. Les Vietnamiens faisaient des achats dans certaines boutiques de produits asiatiques.

Comme Nguyên Van Bôn, la plupart des Vietnamiens ont dû consacrer beaucoup de temps pour faire des études et travailler. Ils n’avaient ainsi pas de temps pour préparer le Têt à ce moment-là. Ils présentaient aux ancêtres quelques plats traditionnels sans préparation du "banh chung" (gâteau de riz gluant farci de viande de porc et d’haricot mungo enveloppé dans des feuilles de latanier ou de bananier), ni danse ni visite à la pagode,…

Quand le pays natal est entré dans une guerre féroce, le mouvement de lutte des Vietnamiens en France pour la libération nationale était en effervescence. À ce moment-là, le Têt traditionnel a offert aux Vietnamiens en France une excellente occasion de se réunir et d’éveiller en eux le patriotisme. Heureusement, les amis français venaient partager cette joie. Aussi, la presse française a commencé à parler du Têt traditionnel du Vietnam qui peu à peu était connu des amis étrangers.

Le Têt de paix en 1973, le Têt du peuple en 1974 et le Têt de la réunification en 1975 ont donné de fortes impressions aux Vietnamiens en France. Ils ont frémi d’émotion en se régalant de danses traditionnelles, de chansons populaires, …

Thu Lan, venue en France en 1963, a partagé le fait que son pays natal ne cessait de lui manquer au début. Elle se rappelait à l’occasion du Têt, des préparatifs pour la fête de Ông Công (le Génie de la terre) et Ông Tao (les Génies de la Cuisine) (les Vietnamiens ont l’habitude de prendre un jour de congé pour Ông Công et Ông Tao le 23e jour du 12e mois lunaire), le réveillon du jour de l'An où les membres de la famille fêtent ensemble l’arrivée du Nouvel An,… Il s’agissait avant 1975 en France pour les Vietnamiens d’une bonne occasion pour obtenir l'appui du peuple français dans la lutte des Vietnamiens pour la libération nationale. Laissant de côté leurs travaux et leurs soucis, les Vietnamiens en France préparaient ensemble le Têt traditionnel. Ils ont tous eu la même opinion qu’ils ont eue de la chance de passer joyeusement le Têt traditionnel en France tandis que leur pays natal était touché par d'énormes pertes humaines et matérielles causées par la guerre. Les Vietnamiens en France ont donc fait tout leur possible pour contribuer en grande partie à la lutte pour la libération nationale.

Le Têt d’aujourd’hui

Ces derniers temps, les étudiants vietnamiens venus faire des études en France y ont apporté des habitudes et des costumes de leur pays natal, donc le Têt est empreint d’identité culturelle du Vietnam. Maintenant, le Têt traditionnel en France est un moment de rassemblement des Vietnamiens où ils pratiquent leurs rituels traditionnels: offrir de l’encens sur l’autel de leurs ancêtres pour rendre hommage aux proches disparus; exprimer leur gratitude envers le Ciel, la Terre et les Génies, rendre visite à leurs proches et leurs amis, visiter les pagodes,… En outre, il s’agit également d’une bonne occasion pour les personnes âgées de transmettre les traditions de leur pays natal à leurs enfants et de les encourager à préserver ces traditions, à reconnaître les contributions de leurs ancêtres comme le dit un proverbe «Quand on boit de l’eau, on pense à la source», à renforcer la solidarité au sein de la communauté vietnamienne.

Les Vietnamiens en France se réunissent pour célébrer le Têt traditionnel. Photo: NDEL

En France, le Têt traditionnel est devenu un moment de rencontres entre les Vietnamiens et leurs amis français. Célile Minh, une française d’origine vietnamienne vivant à Dreux situé à 80km de Paris, est revenue au Vietnam en 1991 et a créé à cette occasion une Association d’Amitié France - Vietnam en France afin de collecter des dons pour venir en aide aux Vietnamiens en difficulté au Vietnam. Chaque fois que le Têt arrive, elle invite ses amis français à venir goûter chez elles les plats traditionnels du Vietnam qu’elle a préparés elle-même. Il s’agit d’une bonne occasion pour elle de leur présenter l'image du Vietnam et de son peuple ainsi que sa culture et les activités de charité de son Association.

Un Nouvel An est arrivé, les Vietnamiens résidant en France ont passé le Réveillon «en vietnamien: Giao thua», le moment le plus sacré de l’année pour les Vietnamiens car c’est le passage de l’ancienne à la nouvelle année, dans la nostalgie. Malgré les vagues apparues en France l’année dernière, les Vietnamiens en France espèrent toujours la paix et le bonheur pour le Nouvel An. – NDEL/VNA