Siège de l'OIAC. Photo : Reuters

Le Myanmar a adhéré le 7 août à la Convention sur l’Interdiction des armes chimiques (CAC), un mois après que ce pays ait déposé sa demande, selon l’Organisation sur l’interdiction des Armes chimiques (OIAC).

Ainsi, le Myanmar est devenu le 191e  membre de l’OIAC et maintenant, seuls cinq pays ne participent pas à cette Convention que sont l'Angola, l’Egypte, Israël, la République populaire démocratique  de Corée et le Soudan du Sud.

Dans un communiqué, le directeur de l’OIAC, Ahmet Uzumcu, a confirmé que la participation du Myanmar à la CAC aiderait ce pays dans son processus d'intégration ​internationale, ​contribuait à l'émergence d'un monde​ sans armes chimiques, et a appelé les autres pays à rejoindre bientôt la CAC.

Selon l'OIAC, le gouvernement du Myanmar a signé la CAC en 1993, mais ​sans approbation du Parlement. Le 8 juillet dernier, le Myanmar a officiellement déposé sa demande pour rejoindre la CAC.

La Convention sur l'interdiction de la mise au point, de la fabrication, du stockage et de l'emploi des armes chimiques et sur leur destruction (encore appelée Convention sur les armes chimiques) a été ouverte à la signature lors d'une cérémonie qui a eu lieu à Paris le 13 janvier 1993. Quatre ans plus tard, en avril 1997, la Convention entrait en vigueur.

Elle oblige les États membres à ​détruire les établissements de production d​'armes chimiques. L’OIAC est chargée de la surveillance de la mise en œuvre de la Convention. - VNA