mardi 22 août 2017 - 00:53:35

Le marché immobilier amorce doucement sa reprise

Imprimer

Les mesures prises pour relancer le marché immobilier ont commencé à porter de premiers fruits puisque celui-ci a connu une reprise lors des derniers mois de 2013.

Fin 2013, le parc immobilier invendu était estimé à 94.458 milliards de dôngs, soit une diminution de 26,5% par rapport au premier trimestre de l’an passé. Le marché immobilier à Hanoi et Hô Chi Minh-Ville a retrouvé des couleurs. Les ventes reprennent, surtout celles d’appartements.

Selon les estimations de nombreuses sociétés de conseil en immobilier, les nouvelles politiques et réglementations, ainsi que les efforts des entreprises de ce secteur, profitent au marché, notamment dans le segment des appartements, ce qui non seulement offre de nouvelles opportunités, mais redonne aussi confiance aux investisseurs comme aux candidats acquéreurs. La confiance est revenue au sein de la population avec une hausse des transactions.

Actuellement, les acquéreurs sont essentiellement des personnes qui ont un réel besoin de logement, ainsi que ceux qui souhaitent faire un investissement à long terme, au lieu de spéculateurs comme auparavant.

En revanche, le marché des villas et des maisons individuelles reste et restera encore dans le marasme. Le faible attrait de ce segment s’explique par les infrastructures de tels projets qui sont toujours incomplètes. En cette conjoncture de difficultés économiques et de parc d’invendus important, ce segment est peu attrayant pour les acquéreurs comme pour les investisseurs, et ce malgré la baisse considérable du prix des villas et des maisons individuelles. Leur coût demeure hors de portée pour la majorité de la population.

Les transactions augmentent

Après une période de marasme, le marché évolue activement ces derniers temps, a estimé le vice-ministre de la Construction, Nguyên Trân Nam. Les transactions augmentent, en particulier dans les segments des petits et moyens logements où les prix sont bas. Ceux-ci ont en particulier fortement baissé depuis la flambée de la période 2008-2010, avec une baisse moyenne de 10-30%, voire, dans certains cas, de 50%, ce qui est l’équivalent des prix du marché en 2006. En tout cas, ils correspondent davantage aux capacités financières des candidats acquéreurs.

C’est grâce à cette baisse des prix que le parc d’invendus a tendance à baisser. Vers la mi-décembre 2013, sa valeur était estimée à 94.458 milliards de dôngs, soit une diminution de 26,5% par rapport au premier trimestre de l’année passée, dont 29.230 milliards correspondant à 20.012 appartements. Pourtant, les appartements d’une superficie modeste de l’ordre de 70 m² dans les grandes villes, d’un prix modéré de moins de 15 millions de dôngs par mètre carré, sont achalandés.

Hanoi et Hô Chi Minh-Ville sont les localités qui comptent le plus nombreux d’invendus: 6.580 appartements d’une valeur de 12.900 milliards de dôngs à Hanoi, et 7.830 appartements de 17.480 milliards de dôngs à Hô Chi Minh-Ville.

«Les éléments contribuant au développement fort du marché des logements sont le temps de délivrance des logements aux acheteurs, l’efficacité des chaînes de vente, les politiques bancaires pour les acheteurs», indique un représentant de la compagnie de gestion immobilière Savills Vietnam.

Selon un rapport du ministère de la Construction, on recense dans l’ensemble du pays 4.015 projets de logement et de quartier urbain représentant un investissement total de 4.486.674 milliards de dôngs. Fin 2013, la structure du parc immobilier s’est bien améliorée dans le sens de satisfaire davantage aux besoins de logement d’une large partie de la population. Au niveau national, 57 projets immobiliers ont sollicité l’autorisation de transformation en logement social pour les personnes de faibles revenus et les ouvriers. Ainsi, le pays recense aujourd’hui 124 projets de logement social en chantier représentant un parc de 78.700 appartements.

L’un des plus grands problèmes du secteur immobilier actuellement est le net déséquilibre entre l’offre et la demande dans le segment du logement social, les besoins étant élevés : le pays a, en effet, besoin de plus d’un million d’appartements.

Rien qu’à Hô Chi Minh-Ville, cela représente près de 130.000 appartements, et à Hanoi, 115.000, sans tenir compte des autres grandes villes comme Dông Nai et Binh Duong (Sud), outre les provinces, notamment celles de la Région économique de pointe du Nord.

Actuellement, la croissance de l’offre de logement social n’est pas rapide car le développement de ce segment relève du long terme en raison de sa faible attractivité pour les investisseurs du fait des moindres profits qu’il génère. – VNA
Vos commentaires sur cet article ...
Autres