Pour mieux exploiter les ressources de la mer, la population des provinces côtières de Cà Mau et de Kiên Giang (delta du Mékong) a fait la promotion de l’aquaculture en vue de contribuer au développement durable de l’économie locale.

En 2013, la production de l’aquaculture de ces deux provinces s’est élevée à plus de 430.000 tonnes, permettant de satisfaire à la consommation domestique comme aux exportations.

Lier la protection des mangroves à l'aquaculture

Kiên Giang compte 6.000 ha de mangroves s’étendant sur 200 km de littoral, de Hà Tiên à la péninsule de Cà Mau. La province a confié cette superficie des mangroves à la population pour la gérer et la protéger. Ainsi, les foyers qui se voient confier une certaine surface sont autorisés à en employer 30% afin de pratiquer l’aquaculture pour améliorer leurs revenus.

Le Centre provincial d’encouragement à l’agriculture et l’aquaculture a mis en œuvre le programme d’assistance de 40% du montant du financement des projets d’aquaculture de la population locale. De nombreux foyers ont pu ainsi sortir de la pauvreté en élevant des tegillarcas granosas (mollusque bivalve), des crevettes et des crabes, sous la canopée de la mangrove, avec un chiffre d’affaires annuel de plus de 200 millions de dôngs par hectare.

L’exploitation familiale de Nguyên Hoàng Luong, dans le hameau de Xeo Lá 2 de la commune de Tân Thanh, district de An Minh, à Kiên Giang, a reçu en 2012 la gestion de plus de 6 ha de mangroves, dont il a profité de près de 2 ha pour l’élevage du tegillarca granosa après avoir reçu un prêt préférentiel de 20 millions de dôngs. Les revenus annuels de son exploitation sont désormais de l’ordre de plus de 400 millions de dông.

Selon le chef du Bureau de l’agriculture et du développement rural du district de An Minh, Vo Hoàng Viêt, ce modèle d’aquaculture et de protection des mangroves est très efficace sur ces deux plans. En outre, un autre modèle de même conception, mais avec l’ostréiculture, se développe de plus en plus dans son district. 


Des mangroves dans le delta du Mékong.

Bordée par la mer sur trois côtés avec plus de 250 km de littoral, la province de Cà Mau possède également de parfaites dispositions pour développer l’aquaculture.

Selon le directeur adjoint du Service provincial de l’agriculture et du développement rural, avec ses plus de 296.000 ha, Cà Mau est la première localité du delta du Mékong en matière de superfice d’aquaculture. Près de 90% de cette superficie est consacrée à l’élevage de crevettes. En 2013, la production aquicole s’établissait à 286.000 tonnes, dont plus de 132.000 tonnes de crevettes.

Dans ce segment, Cà Mau est considéré comme le premier producteur du pays, et ses crevettes comme ses produits dérivés sont exportés dans 80 pays et territoires du monde. La province compte 35 entreprises de transformation et d’export de produits aquatiques. En 2013, ses exportations ont dégagé un milliard de dollars et, ce premier trimestre, plus de 798 millions pour une croissance de 88% sur un an.

Cà Mau possède 25.000 ha de forêts de protection du littoral. Ces dernières années, en raison de l’épuisement des ressources aquatiques naturelles, la vie de la population dans cette zone est devenue difficile et quelques hectares de mangroves ont été dévastés. La province a donc également lancé de nombreux programmes pour aider la population à planter des mangroves tout en y développant l’aquaculture.

Récemment, 780 foyers des près de 2.000 foyers vivant en zone de protection de mangroves du district de Ngoc Hiên ont bénéficié d’un prêt préférentiel et d'assistances techniques pour élever des crevettes tout en protégeant les mangroves. Un projet qui est soutenu par l’Agence de développement des Pays-Bas et l’Organisation mondiale de la protection de la nature afin de diminuer la destruction des mangroves. - CVN/VNA