Le cyclo-pousse reste le moyen de locomotion préféré des touristes lorsqu’ils visitent le Vietnam. Photo : VNA

Hanoi (VNA) - Le xich lô (cyclo-pousse) est l’un des emblèmes de Hanoi et Hô Chi Minh-Ville. Bon nombre de Viêt kiêu (Vietnamien d’outre-mer) choisissent de donner le nom de ce moyen de transport au restaurant qu’ils gèrent dans leur pays adoptif.

Présent dans presque toutes les villes vietnamiennes, le cyclo-pousse fait partie intégrante de la vie citadine. Même si Hanoi a récemment lancé un service de visite du Vieux quartier en minibus électriques, le cyclo-pousse reste le moyen de locomotion préféré des touristes. Ils peuvent s’imprégner de l’atmosphère de la ville, prendre des photos ou filmer la vie bouillonnante de la capitale. Outre Hanoi, d’autres agglomérations du pays comme Huê, Hôi An, Nha Trang ou Hô Chi Minh-Ville organisent des circuits en cyclo-pousse.

Décoration de circonstance

L’image de ce moyen de transport est profondément gravée dans la mémoire des Vietnamiens. Lorsqu’ils partent s’installer à l’étranger, beaucoup de Viêt kiêu décident de donner le nom de cyclo-pousse au restaurant ou à l’hôtel qu’ils gèrent dans leur pays adoptif. Leurs établissements s’intitulent ainsi, entre autres : café cyclo-pousse, restaurant cyclo-pousse Sài Gon, pho cyclo-pousse ou monsieur cyclo-pousse. De nombreux patrons en ont même amené un avec eux pour la décoration. Ce type de restaurant est légion dans les grandes villes du monde comme Paris (France), Londres (Grande-Bretagne), Munich (Allemagne), Rome (Italie), etc. Aux yeux des étrangers, ce moyen de transport est un symbole du Vietnam, au même titre que l’ao dài (tenue traditionnelle de femmes vietnamiennes) ou le pho (soupe de nouilles de riz au bœuf ou au poulet).

 

Les restaurants vietnamiens nommés cyclo-pousse fleurissent à l’étranger. Photo: CTV

Le cyclo-pousse vietnamien fait donc figure de mascotte aux quatre coins du monde. Dès qu’un établissement porte le nom cyclo-pousse, les visiteurs savent qu’ils peuvent y goûter des plats traditionnels et typiques de la gastronomie vietnamienne, pho, bun cha (lard et boulettes de porc haché grillées avec des vermicelles de riz), bun bo Huê (soupe de vermicelles au bœuf et pied de porc à la façon de Huê), nem (rouleau farci), etc.

On citera par exemple l’hôtel-restaurant cyclo-pousse, situé au cœur de la capitale du Cambodge, qui se distingue par sa décoration de circonstance. Ou celui installé dans la ville animée de Shanghai, à l’adresse Shaanxi Bei Lu 678-Cross Wuding Lu, dont le patron est Vietnamien.

La France, un pays où les souvenirs en lien avec l’Indochine sont nombreux, est le pays où l’on dénombre le plus de restaurants baptisés cyclo-pousse. Leurs clients, dont beaucoup ont vécu plusieurs années dans cette région, apprécient la gastronomie vietnamienne. En goûtant leurs plats, ils se souviennent de l’époque coloniale. 

Les Vietnamiens ayant élu domicile à Oslo (Norvège, au Nord de l’Europe), ne sont pas nombreux en comparaison à d’autres villes européennes. La température y est trop basse. Toutefois, le peu d’expatriés n’empêche pas l’apparition de restaurants spécialisés dans la cuisine vietnamienne. Dans l’un des centres commerciaux de la ville, le restaurant cyclo-pousse est le lieu de rendez-vous préféré des Vietnamiens. Relevons que le nom du restaurant est écrit en vietnamien, avec les accents adéquats.

Moyen de transport écologique

 

Les vélotaxis ou tricycles urbains sont les nouveaux moyens de transport à la mode dans les lieux touristiques de France. Photo: VNA

Pour lutter contre le changement climatique, les pays développés comme la France, l’Allemagne, la Pologne, la Norvège, les États-Unis et le Canada encouragent leurs citoyens à utiliser des moyens de transport écologiques. De plus en plus optent pour cyclo-pousse. Ainsi, la France commence à en importer pour que les parents puissent conduire leurs enfants à l’école ou dans les lieux de divertissement. Beaucoup de familles le choisissent pour se promener en ville. La plupart estiment qu’il est pratique et sûr. En plus d’être un moyen de transport écologique, il est facile de s’arrêter n’importe où, comme bon leur semble. Mais surtout, un cyclo-pousse permet de transporter de deux à trois enfants.

Pour l’heure, les vélotaxis ou tricycles urbains, qui s’inspirent du «tuk-tuk», sont les nouveaux moyens de transport à la mode dans les lieux touristiques de France. La vitesse maximale de l’engin est de 25 km/h.

Cyclopolitain est le leader français des compagnies de vélotaxis. La société propose plusieurs types de trajets et met à disposition des touristes une cinquantaine de tricycles. Elle a engagé une centaine de chauffeurs. - CVN/VNA​​​