Hanoi, 25 février (VNA) – Il raconte l’histoire du Vietnam en musique. C’est ainsi que les musicologues parlent du compositeur Pham Tuyên. Ses compositions relatent les évènements majeurs de l’histoire du Vietnam et sont toutes empreintes d’une immense émotion. 

Le compositeur Pham Tuyên. Photo: VTV
Dans l’histoire de la musique révolutionnaire vietnamienne, les oeuvres de Pham Tuyên ont une extraordinaire force : « Hanoï-Dien Biên Phu » célèbre la victoire du Vietnam contre les B52 américains dans le ciel de la capitale à Noël 1972 ;  «Le bâton des soldats sur la piste Hô Chi Minh», «Si l’Oncle Hô vivait le jour de la grande victoire»... Les compositions de Pham Tuyên touchent les hommes au plus profond de leurs émotions. 

Pham Tuyên explique que la musique pour lui est comme une respiration. Il trouve son inspiration dans les choses les plus simples du quotidien: « Les musicologues disent de moi que j’écris l’histoire à travers ma musique. En réalité, je n’ai jamais eu cette ambition. Je ne retranscris que mes sentiments personnels qui sonnent comme une arme». 

«Quand je travaillais à la radio nationale La Voix du Vietnam , je suivais de très près l’avancée de l’armée de libération du Vietnam. Le 28 avril, j’avais entendu parler d’un pilote qui avait bombardé l’aéroport de Tân Son Nhât. Cela m’a immédiatement fait penser à la libération de Saigon et c’est ainsi que j’ai composé Si l’Oncle Hô vivait le jour de la grande victoire . J’ai composé d’autres œuvres suite aux informations diffusées par la VOV, le plus grand organe de presse du Vietnam de l’époque », dit-il.

L’œuvre de Pham Tuyên relate les grands évènements du pays.  «Hanoï-Diên Biên Phu », sa première chanson, a été écrite à Hanoi, dans la nuit du 27 décembre 1972, sous les bombardements américains, dans un abri de la VOV. Elle raconte les 12 jours de lutte de la capitale contre les Américains. 

Le compositeur Nguyên Thuy Kha, un ancien combattant sur le front de Quang Tri contre les Américains, se souvient: « Cette chanson a provoqué une vive émotion auprès des Vietnamiens qui se battaient sur le front de Quang Tri. Nous avions les larmes aux yeux car la  chanson parlait de la victoire malgré les pertes de l’été 1972 à Quang Tri. Les Américains ont du s’incliner devant les Vietnamiens. Quand j’écoute cette chanson, mon émotion est intacte. »

La plupart des  Vietnamiens connaissent par coeur «Si l’Oncle Hô vivait le jour de la grande victoire». Composée dans la nuit du 28 avril 1975, la chanson prédisait la grande victoire du peuple vietnamien, 2 jours avant la libération de Saigon. Elle a été diffusée par la VOV en même temps que la dépêche sur la victoire du 30 Avril 1975. La notoriété de ce chant a largement dépassé les frontières vietnamiennes pour gagner le public en Russie, en Allemagne, en Chine et à Cuba. 

Trân Mai Hanh, ancien directeur général de la VOV, partage: « La chanson de Pham Tuyên a été diffusée en même temps que mon reportage sur la victoire de Saigon. Plus tard, le journal Nhân Dân, l’organe central du Parti communiste vietnamien a aussi publié mon reportage à côté des paroles de cette chanson. J’ai eu les larmes aux yeux en entendant mon reportage diffusé sur la VOV parmi la foule rassemblée à midi le 1er mai 1975, la première journée internationale du Travail de Saigon Libéré. »

La soirée musicale intitulée «Nhớ và quên» Mémoire et Oubli. Photo: VTV
Les compositions de Pham Tuyên restent à jamais ancrées dans le coeur des vietnamiens. Si «Le baton de Truong Son» et «Le chant des nuits blanches» accompagnaient les marches des soldats pendant la résistance nationale contre les Américains, d’autres parlent de la paix et du bonheur des vietnamiens comme par exemple  «Depuis un carrefour», «La ville aux dix saisons de fleurs» et «Le Parti nous a apporté le printemps».  

Pham Tuyên nous confie: « Maintenant que je suis âgé,  j’encourage les jeunes compositeurs et je leur apprends les nobles fonctions de la musique: encourager et éduquer le public et se divertir. En temps de paix, on prête une trop grande attention aux divertissements, et les oeuvres musicales contemporaines tombent vite dans l’oubli car elles ne s’attachent pas beaucoup au pays. »

Le 14 janvier 2017, une soirée musicale intitulée «Nhớ và quên» (Mémoire et Oubli)  en français a été organisée. L’occasion de célébrer Pham Tuyên, celui qui écrit l’histoire nationale en musique. – VOV/VNA