Hanoi, 17 décembre (VNA) - En 1996, le gouvernement avait autorisé la création du Comité d’État de la bourse. Vingt ans après, la Bourse du Vietnam a mobilisé 2 millions de milliards de dôngs au service de l’économie nationale.

«Après 20 ans d’existence, nous pouvons affirmer que la création d’un marché boursier au Vietnam a été une excellente décision du Parti et de l’État dans le processus d’édification d’une économie socialiste de marché», a affirmé le Premier ministre Nguyên Xuân Phuc lors de la cérémonie du 20e anniversaire de la Journée traditionnelle du secteur boursier, organisée tout récemment à Hanoi. Il a invité les organes compétents à faire de la Bourse un canal d’investissement à moyen et long termes de l’économie nationale. L’important est de développer un marché boursier durable doté d’une structure fiable et d’un fonctionnement transparent.

De 2011 à 2016, la Bourse vietnamienne a mobilisé plus de 1,4 million de milliards de dôngs, soit 4,75 fois de plus que lors de la période 2005-2010. Photo: CVN
«Nous nous engageons à tout mettre en oeuvre pour stabiliser l’économie nationale, et instituer un cadre juridique transparent comme un environnement de l’investissement sain pour garantir les droits et les intérêts des investisseurs», a ajouté Nguyên Xuân Phuc. Selon lui, il faut accélérer la restructuration de l’économie, à commencer par l’actionnarisation des entreprises publiques, afin de faciliter un développement rapide et durable du marché boursier au Vietnam.

La Bourse vietnamienne en chiffres

Les objectifs fixés pour cette bourse étaient simples. Mobiliser des capitaux au profit des entreprises avec en vue une capitalisation boursière proche des 20% du PIB d’ici à 2020. La première année, la Bourse nationale ne représentait alors que 0,5% du PIB.

L’objectif est désormais pulvérisé avec, en moyenne, 23% du PIB. La croissance annuelle du marché des titres est de 28%. Quelque 700 sociétés sont cotées en bourse, et plus de 300, enregistrées pour réaliser des opérations sur titres. La capitalisation du marché boursier a atteint 1,79 million de milliards de dôngs, c’est-à-dire près de 43% du PIB. Aux premiers jours, la bourse n’avait que deux sociétés cotées pour une capitalisation de 986 milliards de dôngs, soit à peine 0,2% du PIB. Le nombre de sociétés cotées en bourse est passé de 7 à 79, et le volume de fonds de 43 milliards à 4.200 milliards de dôngs. Par l’intermédiaire de la bourse, gouvernement et entreprises ont mobilisé 2 millions de milliards de dôngs qui ont favorisé le développement de l’activité économique. De 2011 à 2016, la bourse a mobilisé plus de 1,4 million de milliards de dôngs, soit 4,75 fois plus que lors de la période 2005-2010.

La Bourse du Vietnam est attrayante pour les investisseurs vietnamiens comme étrangers. Fin octobre 2016, 1,67 million de comptes boursiers étaient ouverts, dont 18.500 par des étrangers. Elle a largement contribué à l’actionnarisation des entreprises publiques, ainsi qu’au retrait de l’État de nombre d’entre elles. Ainsi, de 2011 à 2015, 483 compagnies publiques ont été transformées en sociétés par actions, dégageant 28.000 milliards de dôngs pour le budget d’État.

Pour devenir un marché émergent

Pour attirer davantage d’investisseurs et simplifier les marchés, les Bourses de Hanoi et de Hô Chi Minh-Ville ont vocation à fusionner avant 2020. Photo: CVN
Le 20 juillet 2000 a vu le jour le Hô Chi Minh City Securities Trading Center (HoSTC). La place boursière de la mégalopole du Sud voit ses premières transactions dès le 28 juillet 2000. Seules deux valeurs y sont alors cotées. HoSTC change de nom le 8 août 2003 pour devenir le Centre des transactions boursières de Hô Chi Minh-Ville : le Hô Chi Minh-Ville Stock Exchange, ou HoSE. Deux ans plus tard, en mars 2005, une autre place boursière apparaît au Vietnam : le Hanoi Securities Trading Center, ou Hanoi SRC, devenu depuis Centre des transactions boursières de Hanoi, le Hanoi Stock Exchange en anglais ou HNX. Les places boursières du Vietnam sont régulées et contrôlées par le Comité d’État de la bourse, la State Securities Commission ou SSC, créée dès 1996. Par ailleurs, un indice boursier a été créé pour les professionnels et les investisseurs, le VN Index.

Afin d’attirer davantage d’investisseurs et de simplifier le marché boursier, les HoSE et HNX ont vocation à fusionner d’ici à 2020. La réglementation stricte en matière de plafonnement des participations d’investisseurs étrangers dans les sociétés vietnamiennes est progressivement assouplie afin d’attirer de nouveaux acteurs. La Bourse du Vietnam conserve de belles perspectives sur le long terme. Elle profitera pleinement la croissance du Vietnam mais aussi de la professionnalisation des marchés. Une meilleure réglementation, un pays en croissance, et de belles opportunités d’investissement. Selon Vu Bang, président du Comité d’État de la bourse, l’institution financière aura accompli sa mission de mobiliser des capitaux au soutien de la croissance nationale.

La Bourse du Vietnam est, aujourd’hui encore, classée dans la catégorie des «marchés frontières», c’est-à-dire sujette à plus de volatilité, et présentant donc plus de risques, ce qui la rend dès lors moins attrayante pour certains institutionnels, et non des moindres, tels les fonds de pension. Le prochain objectif est de faire partie des «marchés émergents» pour gagner en attractivité et donc augmenter la capitalisation boursière. Dans la période 2016-2018, la Bourse vietnamienne pourrait gagner d’entre 2 et 3 milliards de dollars si elle devient l’un de ces marchés émergents. – CVN/VNA