mercredi 16 août 2017 - 22:23:00

La Bourse du Vietnam souffle ses 13 bougies

Imprimer

L’ouverture en juillet 2000 du Centre de transactions boursières d’Hô Chi Minh-Ville, aujourd’hui le Service de transactions boursières d’Hô Chi Minh-Ville (HOSE), a donné au Vietnam un nouveau moyen de mobiliser des capitaux.

À cette époque-là, le groupe d'assurance Bào Viêt a été la première entreprise à recevoir la licence de société de bourse habilitée à intervenir sur le marché du Service de transactions boursières d'Hô Chi Minh-Ville. C’est en mars 2005 que le Centre de transactions boursières de Hanoi a vu le jour, avant de devenir en 2009 le Service de transactions boursières de Hanoi (HNX).

Cette année, le HOSE escompte l’introduction en bourse de 15 sociétés, soit l’équivalent de 2012, selon le directeur général adjoint de ce service, Trân Thi Anh Dào. Lors de ce premier semestre, quatre l’ont été, une dizaine d’autres étant en cours. Mais cet objectif pourrait s’avérer difficile à atteindre compte tenu de la baisse des cours en raison de la conjoncture actuelle. C’est l’une des raisons qui font que le HNX limite ses prévisions d’entrée en bourse à seulement 12 sociétés, soit l’équivalent, également, de 2012, sachant qu’il y a eu cinq nouvelles cotations lors de ce premier semestre.

En 13 années d’activités, la Bourse du Vietnam a mobilisé 1,3 milliard de dôngs grâce à ces deux services. Aujourd'hui, ce sont 737 sociétés qui sont cotées aux HOSE et HNX, non compris 135 autres qui sont inscrites au marché UPCom - marché réservé aux entreprises grand-public non cotées. Dans la période 2000-2005, la capitalisation du marché ne représentait que 1% du Produit intérieur brut national (PIB), mais en 2007, elle a atteint 47 %, pour se stabiliser à 30 % du PIB ces dernières années.

Prochaine fusion du HOSE et du HNX

Le marché boursier est un grand outil de mobilisation de capitaux pour l’économie nationale, quel que soit le terme envisagé, a souligné le ministère des Finances. Il est également un baromètre macroéconomique. Toutefois, il va de soi que seule une bonne situation économique permettra une croissance régulière du marché des valeurs et donc une progression de la capitalisation des entreprises cotées.

Le ministère des Finances est décidé à poursuivre la Stratégie de développement de la bourse pour 2020. Dès le début de 2012, il a commencé d’élaborer des projets de restructuration du marché boursier, des sociétés de bourse, des compagnies d’assurances, ainsi que d’autres institutions financières en relation. Avec des mesures énergiques destinées à mieux réorganiser le marché et à conférer davantage de transparence aux transactions, outre les efforts des entreprises et des investisseurs, le marché boursier se développera de manière régulière et durable, ce qui lui promettra un bel avenir.

Cette restructuration globale comprend un renforcement du contrôle et de la supervision des sociétés de bourse financièrement faibles. Des sociétés d’audit établiront une liste de ces sociétés afin de les pousser à prendre des mesures pour renforcer leur surface financière. Puis il s’agira d’organiser la cession des actifs douteux, de circonscrire les dettes, ainsi que de réduire le champ d’activités des sociétés mal-en-point en point grâce à des mesures tant économiques qu’administratives. Tous les économistes s’accordent sur le fait que cette restructuration du marché boursier est indispensable pour relancer l’économie nationale.

Dans la période 2013-2020, le Comité d’État de la bourse prépare la fusion des deux services de transactions boursières de Hanoi et d'Hô Chi Minh-Ville. En cette conjoncture économique difficile, la réorganisation du marché boursier est nécessaire afin qu’il puisse tenir effectivement son rôle. Cette fusion permettra d’améliorer l’efficience du marché boursier en tant qu’outil de mobilisation de capitaux, comme d’assurer sa conformité aux normes internationales en vigueur dans le monde entier. - VNA
Vos commentaires sur cet article ...
Autres