Quang Ninh, 18 décembre (VNA) - Le bourg de Tiên Yên, province de Quang Ninh (Nord), abrite des maisons construites au début du XXe siècle par des Chinois et d’autres d’architecture française. Un patrimoine aujourd’hui menacé.
 
La rue Tiên Yên, où se concentrent ces maisons anciennes construites au début du siècle dernier. Photo: VNA

Le bourg de Tiên Yên est organisé en échiquier, les rues n’ayant pas de trottoirs. Les maisons les plus anciennes ont été bâties il y a une centaine d’années par les Chinois. Il s’agit des maisons-tubes à toitures en tuiles. Les murs, en pierres ou en briques, sont épais de 40 cm. Chaque bâtisse dispose d’un petit escalier en bois et d’un balcon. Grâce à un trou percé dans la toiture dans l’arrière-cour, elles sont très aérées et agréables aussi bien en été qu’en hiver.

Le bourg abrite aussi des ouvrages d’architecture française dont un ancien hôpital, des bâtisses dans le site historique de Dôn Cao  (lieu d’une bataille contre les Français lors de la Révolution d’Août 1945) et l’ancien siège du Comité du Parti du district.

Les trois bâtiments de l’ancien hôpital français se trouvent à côté de la Nationale 18A, deux font un angle de 90 degrés. L’ancien siège du Comité du Parti du district est en plein cœur du bourg. Quasiment intact, il donne sur la rivière Tiên Yên. Tous ces monuments sont décorés de ferronneries, de bas-reliefs en ciment et ont des portes cintrées très originales. 

Bien que l’architecture des monuments de style français n’ait guère changé depuis leur création, ils se dégradent fortement par manque de mesures de conservation ou de restauration.

Patrimoine en péril

Les maisons anciennes des Chinois sont de plus en plus aménagées extérieurement, voire modifiées du tout au tout, perdant leur cachet originel. Certaines sont même détruites pour reconstruire une bâtisse neuve. «Nous avons déjà réparé la toiture et le plancher de notre maison. Les murs sont lézardés, les portes et fenêtres abîmées. S’il n’y a pas de mesures de conservation à des fins touristiques, nous l’abattrons et en reconstruirons une nouvelle», a partagé Lành Thi Phong, domiciliée au 88, rue Lý Thuong Kiêt.

Il ne reste qu’une quarantaine de ces vieilles bâtisses à Tiên Yên, parsemées dans les rues Hoà Bình, Thông Nhât, Lý Thuong Kiêt, Quang Trung...

Ce patrimoine bâti ancien semble malheureusement bien menacé. Des mesures de restauration doivent être prises d’urgence, en liaison avec une valorisation touristique. -CVN/VNA