Thua Thien-Hue (VNA) - Huê ne serait pas la même sans la rivière Huong ou rivière des Parfums et le mont Ngu Binh, qui confèrent à l’ancienne cité des rois un cadre harmonieux et romantique. Une combinaison d’éléments indissociables que savent apprécier ses habitants et les nombreux visiteurs.

La rivière Huong et le montNgu Binh forment un tableau harmonieuxet romantique pour Huê. Photo: CVN/VNA

 Dame Nature a été généreuse avec la ville de Huê, choisie par la dynastie desNguyên (1802-1945) pour y établir la capitale. L’ancienne capitale royale est construite autour de la rivière Huong. S’étirant sur environ 70 km, ce cours d’eau prend sa source dans la cordillère de Truong Son, zigzague à travers les montagnes, traverse la ville de Huê et traverse la lagune de Tam Giang avant de se jeter dans l'estuaire de Thuân An (province de Thua Thiên Huê, Centre).

La rivière a été appelée Linh Giang, Trà Thiên, Dai Giang, Huong Trà et Luc Yên avant qu'elle n’adopte son nom définitif de rivière des Parfums.

«Il y a différentes théories sur l'origine de son nom. Pour ma part, je penche sur Huong Trà, le nom d'un quartier local, car une rivière porte souvent le nom d'une région qu’elle traverse», estime Phan Thuân An, chercheur spécialiste de Huê. Une autre théorie prétend que la rivière doit son nom au fait qu'elle serpente à travers de nombreuses forêts de plantes aromatiques avant d'atteindre Huê, apportant donc avec elle un arôme frais...
 

Le pontTruong Tiên. Photo: CVN/VNA

La rivière des Parfums coule à travers une série de sites pittoresques, avec des bateaux disponibles à chaque coin de l'ancienne citadelle. En descendant son cours, les touristes visiteront la dune fluviale Da Viên, le parc Phu Xuân et le pont Truong Tiên, le tombeau de Minh Mang, le temple  Hon Chen, la pagode Thiên Mu, pour enfin aller se baigner et profiter des fruits de mer à la plage de Thuân An.


Un lien entre passé et présent

Depuis que Huê accueille son grand festival bisannuel, la rivière des Parfums joue un rôle plus important. Sa beauté naturelle a fait d’elle un nouveau lieu de création ou d’exposition pour les artistes. Un énorme théâtre naturel où différentes formes d’arts traditionnels peuvent s’exprimer tels que le nha nhac (musique de Cour de Huê), courses de pirogues, festivals folkloriques, fêtes des lanternes, mais aussi les arts contemporains tels que défilés de mode, installation, peinture, sculpture, etc.

La rivière des Parfums, une «rivière patrimoine». Photo: CVN/VNA

L’autre cadeau de Dame Nature

Les visiteurs de l’actuelle Huê peuvent non seulement contempler les traces d’un passé glorieux, mais aussi profiter de la beauté romantique d’une rivière légendaire. Toute l’année, le pont Truong Tiên se réfléchit dans la rivière dont les deux rives sont couvertes de tapis d’herbes, de jardins et de rizières. Il est également un haut lieu culturel de la ville, point de convergence des touristes de toutes les nationalités.

Avec la rivière des Parfums, le mont Ngu Binh ou mont Ngu est l’autre cadeau que la nature a donné à Huê, sans laquelle la ville n’aurait pas ce cachet. Cette colline, qui culmine à 105 m d’altitude, arbore une silhouette imposante et symétrique. De chaque côté, deux petites buttes -portant les noms de Ta Bat Son et Huu Bat Son - semblent veiller sur elle. Quand la dynastie des Nguyên choisit de bâtir la capitale à Huê, le roi Gia Long (1762-1820) accepta le projet des géomanciens : choisir ce relief comme premier rempart de la capitale et le rebaptiser Ngu Binh (mont royal).

Les jours de beau temps, à son sommet, il est possible d’embrasser d’un seul regard le panorama de la cité avec ses palais majestueux, les toits de ses pagodes classiques et les méandres de la rivière des Parfums. En un mot : somptueux. -CVN/VNA