Bangkok, 24 août (VNA) - Au moins une personne a été tuée et 30 autres blessées quand deux bombes ont explosé mardi soir 23 août près d’un hôtel situé dans la station balnéaire de Pattani, dans l’extrême sud de la Thaïlande, ont rapporté les médias.

Une voiture piégée a explosé mardi soir devant un hôtel à Pattani, en Thaïlande. Source: Twitter

La première déflagration dans le parking derrière le Southern Hotel n’a fait aucune victime, a fait savoir mercredi 24 août le lieutenant-colonel de la police Winyu Tiamraj.

"La deuxième explosion d’une voiture piégée devant l’entrée de l’hôtel, en face d’un bar karaoké et d’un un salon de massage, a fait un mort et 30 blessés", a-t-il indiqué. Toutes les victimes sont thaïlandaises.

Cette explosion survient près de deux semaines après une série de plusieurs attentats à la bombe en Thaïlande, notamment dans deux stations balnéaires très touristiques de Hua Hin et Patong, qui ont tué quatre personnes et blessé des dizaines d’autres, y compris des étrangers.

"La récente vague d’attentats dans sept provinces méridionales semble avoir très peu de répercussions sur la croissance thaïlandaise prévue à 3,3% cette année", a rassuré lundi 22 août le secrétaire général du Conseil de développement économique et social national, Paramethi Wimonsiri

Il a souligné que les services de sécurité étaient capables de contrôler rapidement la situation après les incidents violents dans les sept provinces méridionales la semaine dernière alors qu’un soin particulier a été apporté aux blessés, y compris les touristes étrangers.

Aucune revendication n’a été faite et la Thaïlande s’interroge toujours sur les motifs des attaques qui se sont déroulées, entre jeudi 11 août en milieu d’après-midi et vendredi 12 au matin.

"Pourquoi cela s’est-il produit maintenant que la situation du pays s’améliore ? Qui ne veut pas voir la Thaïlande aller mieux ? Allez me le dire", a lancé vendredi matin 12 août le Premier ministre thaïlandais Prayut Chan-ocha, dénonçant que ces explosions visent à créer le chaos et la confusion.

"Il y a des gens mauvais et ils ont agi dès avant le référendum et encore maintenant, l’un des jours les plus importants pour notre nation", a-t-il indiqué plus tard dans la même journée après les cérémonies de l’anniversaire de la reine.

Les Thaïlandais ont adopté à 61,45% par référendum, dimanche 7 août, une nouvelle Constitution. Par ailleurs, quelque 58% des Thaïlandais ont accepté de donner le pouvoir d’élire un Premier ministre aux 250 sénateurs choisis par le Conseil national pour le maintien de la paix et de l’ordre.

Le chef de la police nationale, Chakthip Chaijinda s’est dit convaincu que ces attentats sont liés au contexte politique national, notamment parce qu’ils ont eu lieu uniquement dans des provinces qui ont largement approuvé dimanche 7 août une nouvelle Constitution.

"Ceux qui ont une opinion différente pourraient vouloir pour porter atteinte à l’image du pays et frapper le secteur du tourisme", a déclaré Chakthip Chaijinda, cité par l’agence Reuters.

Les pourparlers de paix entre le gouvernement thaïlandais et le Patani Syura Consultative Council (Mara Patani) devraient reprendre en septembre après que le dernier tour s’est interrompu en avril, selon l’agence de presse malaisienne Bernama.

Lors de la dernière rencontre le 27 avril, la délégation thaïlandaise a refusé d’accepter les termes de référence des pourparlers durant lesquels les groupes séparatistes musulmans ont voulu qu’elle les appellaient Mara Patani, au lieu de personnes qui pensent différemment du gouvernement. – VNA