Hanoi (VNA) -  Selon les chiffres arrêtés au 30 avril 2017, le Vietnam a réalisé un chiffre d’affaires à l’exportation de plus de 43 milliards de dollars, soit une hausse de près de 13% en glissement annuel. Les accords de libre-échange, récemment entrés en vigueur devraient permettre d’augmenter significativement ce chiffre.  

Lors d'une conférence sur la promotion des exportations vietnamiennes. Source: VOV

Pour profiter de ces nouveaux marchés, les entreprises exportatrices vietnamiennes doivent créer de la valeur ajoutée à leurs produits et s’assurer de trouver leur place dans les débouchés internationaux.

Les exportations vietnamiennes résultent principalement de produits bruts et leur valeur commerciale reste nettement inférieure à la valeur pouvant être escomptée. Pour remédier à cette situation, les entreprises exportatrices doivent élaborer de véritables stratégies pour conquérir de nouveaux marchés et trouver leur place dans les chaînes d’approvisionnement globales.  

La société TH True milk a adopté un plan de développement international qui lui permet aujourd’hui de vendre ses produits dans une quarantaine de pays. 

Nguyên Quang Phi Tin, son directeur marketing explique: « A l’heure actuelle, nos marchés cibles sont le Laos, le Myanmar et l’Indonésie. Nous avons lancé une étude de marché sur ces prospects pour connaître exactement les besoins des consommateurs, la stratégie à mettre en place et les contraintes. Pour réussir à l’export, les  produits doivent répondre aux critères du commerce international, à ceux notamment de l’Organisation mondiale du commerce. »

Si les produits industriels vietnamiens représentent jusqu’à 80% des exportations nationales, la  grande majorité de ces produits sont issus de la sous-traitance industrielle. Les produits agricoles sont eux, majoritairement exportés sous leur forme brute et ne répondent pas encore aux normes d’hygiène et de sûreté alimentaires imposés par les marchés internationaux.  

Trân Thanh Hai, directeur adjoint de l’Agence du commerce extérieur du ministère de l’Industrie et du Commerce estime qu’il est nécessaire d’augmenter la valeur ajoutée des produits exportés. Pour y parvenir, les entreprises doivent investir davantage dans l’innovation technologique et mettre au point une stratégie commerciale adaptée au pays ciblé.

« C’est le travail des entreprises. Pour élargir leurs débouchés, les entreprises exportatrices doivent étendre la commercialisation de leurs produits à l’étranger. Elles peuvent créer un label capable de conquérir les grands marchés mais  elles peuvent aussi recourir à l’assistance des services d’accompagnement créés par l’Etat à l’étranger », fait savoir Trân Thanh Hai. 

L’économiste Vo Tri Thanh propose que l’Etat développe l’industrie auxiliaire dans les secteurs phares tels que le textile ou encore les chaussures. Pour la filière  agricole, il préconise de créer des grandes exploitations et de moderniser les techniques de production. Réduire les exportations de produits bruts, augmenter la valeur ajoutée des produits destinés à l’export, intensifier la promotion commerciale à l’étranger sont les axes stratégiques retenus par le Vietnam pour doper ses exportations. – VOV/VNA