Photos: VOV.

Lào Cai (VNA) - En général, les garages des lycées abritent de nombreuses bicyclettes. Jusque-là, rien que de très normal. Imaginons maintenant que les bicyclettes n'appartiennent pas aux lycéens eux-mêmes, mais qu'elles leur aient été prêtées. C'est très exactement ce qui arrive au lycée numéro 4 de Van Ban, qui est un district de la province de Lào Cai (au Nord-Ouest).

Situé dans le sud-est du district, le lycée en question réunit les jeunes de cinq communes en difficultés : Khanh Ha, Khanh Trung, Chiêng Ken, Nam Tha et Liêm Phu. Jusqu'à une époque récente, les adolescents n'avaient pas d'autre choix, pour se rendre au lycée, que de se lever très tôt et de faire tout le chemin à pied. Bien évidemment, il en allait des retards comme de l'absentéisme: l'un et l'autre étaient devenus monnaie courante. Eh bien, qu'on se rassure, cette époque est fort heureusement révolue : des bicyclettes ont été mises à disposition de ces lycéens, pour lesquels la notion d'assiduité a du coup cessé d'être une abstraction pure et qui, autant joindre l'utile à l'agréable, en profitent pour faire du sport. Luc Cao Cuong, proviseur-adjoint du lycée : «On fait ça pour encourager les jeunes à poursuivre leur scolarité. Au moins, comme ça, venir au lycée ne s'apparente plus à un parcours du combattant. Maintenant, les élèves sont à l'heure et ils travaillent beaucoup mieux.»

C'est en 2010 que tout a commencé. Au départ, le lycée a fait l'acquisition de quatre bicyclettes d'occasion qui ont aussitôt été prêtées à quatre élèves en difficulté, vivant loin. Quatre élèves qui ont dû faire figure de privilégiés car des élèves en difficulté et vivant loin, ça représente 90% des effectifs du lycée! Les enseignants se sont donc démenés pour collecter de l'argent afin d'acheter d'autres bicyclettes d'occasion. Le lycée en compte 125, à ce jour, et les élèves qui habitent à plus de cinq kilomètres de distance peuvent en bénéficier. C'est le cas de Vuong Van Huong, qui est en onzième, l'équivalent de la première en France : «Avant, il fallait vraiment se lever très tôt pour venir au lycée. Et alors quand il faisait froid ou qu'il pleuvait, on était tout le temps en retard. Avec les bicyclettes, ça va déjà mieux. On peut se lever un peu plus tard quand même. 7 kilomètres, ça va, ce n'est pas la mer à boire, après tout.»

 

Photos: VOV.

Ces bicyclettes auront en tout cas eu pour heureux effet de faire chuter le taux d'absentéisme et de refaire de la ponctualité la norme. Il faut croire d'ailleurs que cette ponctualité retrouvée a elle aussi des effets bénéfiques puisque si le taux de bons élèves n'était que de 20% pour l'année scolaire 2010-2011, il est aujourd'hui de 40%. Parmi ces élèves-cyclistes, certains ont gagné des concours d’excellence au niveau du district ou même de la province. Nguyên Minh Tuan, proviseur de l’école : « Grâce à ces bicyclettes, nous avons fait revenir sept élèves qui avaient abandonné leurs études. Le taux des collégiens s’inscrivant à notre lycée augmente aussi : 71,2% pour l’année scolaire 2016-2017, contre 37,4% en 2008-2009.»

«La vie, c'est comme la bicyclette : il faut avancer pour ne pas perdre l'équilibre», disait Albert Einstein. La bicyclette ! On savait déjà qu'elle avait joué un rôle décisif au moment de la bataille de Diên Biên Phu. Aujourd'hui, c'est dans une autre bataille qu'elle s’est engagée : la bataille du savoir. – VOV/VNA