jeudi 25 mai 2017 - 10:00:37

Consultation sur le projet de centrale hydroélectrique Pak Beng au Laos

Imprimer

 

Le séminaire a consulté des experts dans les localités méridionales du Vietnam sur le projet de centrale hydroélectrique Pak Beng au Laos, sur le courant principal du Mékong. Photo: VNA

 

Can Tho (VNA) - De nombreux scientifiques ont demandé au gouvernement vietnamien de proposer au Laos de suspendre son projet de centrale hydroélectrique Pak Beng pour attendre une évaluation approfondie des impacts possibles du projet sur les zones en aval du Mékong.

La demande a été faite lors d'un séminaire organisé vendredi 12 mai dans la ville de Can Tho par le Comité national du Mékong du Vietnam. L'événement visait à consulter les experts dans les localités méridionales du Vietnam sur le projet de centrale hydroélectrique Pak Beng sur le courant principal du Mékong.

Le projet est situé dans le district de Pak Beng, province d'Oudomxay, au Laos. C'est le premier des 11 barrages hydroélectriques à être construits sur le courant principal du Mékong : neuf au Laos et deux au Cambodge.

Le ministre des Ressources naturelles et de l'Environnement, Tran Hong Ha, qui est également président du Comité national du Mékong du Vietnam, a déclaré que, situé à l'embouchure du Mékong, le Vietnam surveille de près les projets de centrales hydroélectriques sur le courant principal de ce fleuve. Le pays est profondément préoccupé par leurs impacts sur l'environnement, la situation socio-économique et les moyens de subsistance de 20 millions d’habitants dans le delta du Mékong au Vietnam.

"Les impacts cumulés, résultant de l'augmentation de l'utilisation de l'eau en aval du fleuve et des effets des changements climatiques, ont atteint leur sommet dans cette région, avec une sécheresse intense et des intrusions d'eau salée durant la saison sèche de 2016, ainsi que l'érosion et l'affaissement du sol dans de nombreux endroits, en particulier le long de la rivière Vam Nao dans le district de Cho Moi, province d'An Giang, à la fin du mois d'avril", a-t-il ajouté.

Le Pr.-Dr. Nguyen Ngoc Tran, ancien vice-président du Comité des relations extérieures de l'Assemblée nationale, a déclaré que le rapport fourni sur les impacts du projet de centrale hydroélectrique Pak Beng ne prenait en compte que les statistiques des six dernières années, une période trop courte pour faire une évaluation digne de confiance des impacts de ce projet.

Il a déclaré que ce projet influerait négativement le delta du Mékong, demandant au Laos de suspendre la construction de ce barrage pour faire un autre rapport donnant une évaluation plus complète des impacts du projet.

"​Plus inquiétant encore, le projet de centrale hydroélectrique Pak Beng est situé dans une zone propice au​x séismes", a déclaré M. Tran, notant que de nombreux tremblements de terre d’une magnitude de 6 à 7 sur l'échelle ouverte de Richter ont été enregistrés entre 1935 et 2011 dans les zones près de Pak Beng. "L​e risque sismique fait peser une lourde menace sur la sécurité du barrage, mais ce problème n’a pas été mentionné dans le rapport fourni", a-t-il insisté.

De son côté, le docteur Vu Ngoc Long, de l’Institut d’écologie pour le Sud, a déclaré que l’actuel rapport manquait de données fiables et d’une évaluation des impacts transfrontaliers.

Nguyen Huu Thien, un chercheur indépendant sur le delta du Mékong, a attribué l'érosion du sol dans cette région deltaïque à la pénurie de boue et de sable. Selon lui, le plus gros impact du projet Pak Beng consiste dans les sources d'alluvions et de sable et ce n'est que l'un des 11 barrages prévus sur le courant principal du Mékong. -VNA

Vos commentaires sur cet article ...
Autres