mercredi 20 septembre 2017 - 02:06:54

Bac Kan : les fruits de la croissance

Imprimer

Cap au Nord, sur la province de Bac Kan, où les agriculteurs commencent tout juste à sortir la tête de l’eau. Certains d’entre eux ont d’ailleurs dépassé ce stade et s’enrichissent désormais grâce aux oranges et aux mandarines, véritables fruits de la croissance s’il en est…

Bac Kan possède en tout 1.500 hectares d’orangeraie et de mandarineraie, les districts de Bạch Thông, Chợ Đồn et Ba Bể étant les mieux pourvus. Il faut savoir en outre que, pour les oranges comme pour les mandarines, la récolte intervient durant les derniers mois de l’année lunaire.

Le district de Bạch Thông se situe à une dizaine de kilomètres du chef-lieu de la province dont il est aussi la principale localité agrumicole. Ces jours-ci, les commerçants y affluent pour s’approvisionner en oranges et en mandarines, à la plus grande joie des agrumiculteurs, ces derniers heureux d’engranger les fruits de l’abondante et… forcément juteuse récolte qu’ils viennent tout juste d’achever. Ma Văn Cương, du hameau de Nà Thoi, un hameau rattaché à la commune de Quang Thuận : « pour les oranges et les mandarines, la récolte a été particulièrement abondante, alors forcément, on est très content ! A ce qu’on m’a dit, dans mon hameau, le revenu annuel s’élève désormais à plus de 20 millions de dongs par an et par habitant ! Vous vous rendez compte ?... Et tout ça, c’est grâce aux oranges et aux mandarines !... »

La commune de Quang Thuận dont est issu Ma Văn Cương compte à elle-seule plus de 400 hectares de mandarineraie, c’est à dire 40 % de la superficie totale de toute la province. La production annuelle ? 3.000 tonnes ! Selon le président de l’association des agriculteurs de la commune Cao Xuân Lãng, les mandarines rapportent une valeur de 32 milliards de dongs : « ce qui est frappant, cette année, c’est que les mentalités ont beaucoup évolué. Il y a maintenant des agrumiculteurs à part entière, ici, qui savent gérer leurs plantations. C’est bien simple : plus il y a d’orangers et de mandariniers, plus la pauvreté recule. Presque tous les foyers agricoles de la commune possèdent au moins 1 hectare de d’orangeraie ou de mandarineraie. Et certains d’entre eux réussissent à se faire entre 500 et 600 millions de dongs par an. Quant au revenu annuel par tête, il est désormais au-dessus de 20 millions de dongs ».

Chacun l’aura compris, Bac Kan a décidé de faire de l’agrumiculture son principal cheval de bataille pour lutter contre la pauvreté. Mais attention, qui dit agrumiculture intensive dit agrumiculture moderne, ouverte aux dernières innovations scientifiques et technologiques. Et le résultat est là : en 10 ans, la superficie agrumicole de la province a été multipliée par… 200 ! Qui dit mieux ? Đặng Văn Sơn, directeur adjoint du service provincial de l’agriculture et du développement rural: « le plus important, c’est de savoir comment gérer les jeunes plants. C’est de cela que dépend la qualité et la quantité des oranges et des mandarines de la province. Le but est de pouvoir délivrer des labels de qualité et de définir des techniques de plantation intensive. Bac Kan possède actuellement près de 1.500 hectares d’orangeraie et de mandarineraie. La récolte a commencé sur 1.000 hectares avec un rendement de plus de 10 tonnes et un revenu de 300 millions de dongs par hectare. C’est vraiment encourageant ! ».

Bac Kan entend désormais agrandir ses plantations d’orangers et de mandariniers, conformément à son plan de restructuration agricole. Les agriculteurs de la province ont tout à y gagner, tant il est vrai que ces deux fruits sont décidement ceux d’une croissance retrouvée… -VOV/VNA
Vos commentaires sur cet article ...
Autres