lundi 26 juin 2017 - 22:27:23

Apporter la lumière de la science du monde entier au Vietnam

Imprimer

Paris (VNA) - Organisées depuis 1966 à l’initiative du Pr Jean Trân Thanh Vân et deux de ses collègues français, les Rencontres de Moriond sont un rendez-vous indispensable pour les physiciens des particules. Ces conférences se déroulent aujourd’hui aussi au Vietnam.

La 50e Rencontre de Moriond consacrée à la chromodynamique quantique (en abrégé CDQ ou QCD) et la de hautes interactions énergétiques, du 19 au 26 mars 2016 à La Thuile. Photo : Ngoc Anh/CVN


Le petit village de Moriond se tapit dans les Alpes, cette chaîne de montagnes s’étendant sur plus de 1.000 km de la Méditerranée jusqu’à Vienne (Autriche), partagé entre l’Allemagne, l’Autriche, la France, l’Italie, la Suisse et la Slovénie.

À la fin du mois de mars, alors que la neige est encore omniprésente, s’y déroule depuis maintenant une cinquantaine d’années les Rencontres de Moriond.

Depuis les Alpes…

Au fil des éditions, les Rencontres de Moriond ont accueilli quelque 10.000 des plus grandes éminences grises de la science du monde entier. «Les premières séances n’accueillaient qu’une vingtaine de jeunes scientifiques, dont la plupart de l’Université de Paris XI à Orsay», se remémore l’ancien directeur du CNRS, le Professeur français natif du Vietnam, Jean Trân Thanh Vân.

Les Rencontres de Moriond visent à discuter des récentes découvertes et des nouvelles idées en physique dans une ambiance agréable et conviviale. Chaque année, plusieurs sessions sont organisées autour de différents thèmes tels que l’interaction électrofaible, la chromodynamique quantique, la cosmologie, la gravitation, la physique des astroparticules ou la nanophysique. «Je suis très heureux à l’initiative de cet événement scientifique reconduit depuis maintenant un demi-siècle. À Moriond, nous nous intéressons bien sûr à la science, avec pour priorité à l’accueil des jeunes scientifiques, en outre d’écouter des recherches de scientifiques de renom», explique Jean-Marie Frère, membre du comité d’organisation de Moriond.

Et de partager : «Nous souhaitons que les jeunes scientifiques aient le courage de poser des questions aux professeurs respectables, y compris aux Prix Nobel. C’est un moyen efficace de les rapprocher. Un modèle identique a été créé au Vietnam, via des cours de physique en été». Les Rencontres de Moriond 2016 ont accueilli près de 400 scientifiques, dont des prix Nobel.

... jusqu’au Vietnam

La 12e édition des Rencontres du Vietnam se tient du 26 juin jusqu’au 17 décembre, dans la ville de Quy Nhon, province de Binh Dinh. Photo : ICISE/CVN


Avec le désir ardent d’apporter la science du monde entier au Vietnam, le modèle des Rencontres de Moriond a été répliqué au Vietnam, parce que «sans sciences fondamentales, le monde ne peut pas avancer», affirme le physicien Jean Trân Thanh Vân. C’est fort de cette idée maîtresse qu’il a créé les Rencontres du Vietnam, avec son épouse biologiste Lê Kim Ngoc, qui fut aussi directrice de recherche au CNRS. Tous deux sont parvenus à faire construire le Centre international des sciences et de l’éducation interdisciplinaire (ICISE) de Quy Nhon, dans la province centrale de Binh Dinh,  à une heure d’avion de Hô Chi Minh-Ville.

«Mon but est que ce nouveau centre accueille des participants venant de pays développés, comme ceux d’Europe et les États-Unis mais aussi ceux en développement, en Asie du Sud-Est. Il doit être ouvert à tous et devenir un creuset pour aider les jeunes Vietnamiens à se développer», souligne Jean Trân Thanh Vân.

Un planétarium doit être lancé près du centre, ainsi qu’un musée des sciences du même genre que le Palais de la Découverte à Paris. Par ailleurs, la province a déjà réservé entre 130 à 150 ha pour que des instituts scientifiques viennent s’établir aux alentours. C’est le début d’une aventure. Seul l’avenir dira si cela fonctionne ou pas.

«Nous sommes prêts à partager nos expériences et à proposer des assistances techniques au fonctionnement du planétarium au Vietnam. L’objectif est d’offrir aux jeunes scientifiques vietnamiens l’opportunité de progresser et de mieux comprendre les dernières avancées scientifiques», partage le Docteur Rolf Landua, du CERN (Organisation européenne pour la recherche nucléaire).

Dave Underhille, lui aussi du CERN, affirme qu’il devrait persuader d’autres scientifiques de l’Organisation aujourd’hui à la retraite à partager leurs expériences et avis pour le bon fonctionnement du planétarium à Quy Nhon. En dehors des Rencontres de Moriond et donc maintenant des Rencontres du Vietnam, le lauréat de la Tate Medal (la prestigieuse distinction décernée par l’Institut américain de physique), Jean Trân Thanh Vân et sa compagne Kim, font toujours le maximum pour le développement de la science dans leur pays natal.

«Jean et Kim Trân Thanh Vân ont travaillé inlassablement. Leurs contributions m’incitent toujours à faire des études sérieuses en consentant à de grands efforts», partage le Professeur Jacques Dumarchez, membre de ces rencontres. 

À la mi-décembre, la 12e édition des Rencontres du Vietnam, qui se déroule depuis le mois de juin dernier, se clôturera au Centre international des sciences et de l’éducation interdisciplinaires (ICISE) dans la ville de Quy Nhon (province de Binh Dinh). Une nouvelle destination incontournable pour tout le gratin mondial du domaine de la physique.   -CVN/VNA

Vos commentaires sur cet article ...
Autres