Hanoï (VNA) - Le Vietnam est à l’apogée de son processus de développement, grâce aux accords commerciaux signés et à un environnement des affaires de plus en plus transparent, selon le rapport «Doing Business in Vietnam 2017» du cabinet d’audit PricewaterhouseCoopers.

La hausse du pouvoir d’achat des jeunes consommateurs et l’accélération du processus d’urbanisation partout dans le pays ont créé un environnement très dynamique, estime PricewaterhouseCoopers (PwC).

Selon cette agence, en Asie, l’Asie du Sud-Est est devenue un point de convergence des flux d’investissements directs étrangers (IDE). Le Vietnam arrive en tête, avec 24,4 milliards de dollars injectés. De plus, le fort développement de l’e-commerce et l’émergence d’une classe moyenne ont ouvert de bonnes opportunités pour les entreprises étrangères des technologies.

Le Vietnam, terre promise pour les investisseurs étrangers. Photo : Hoàng Hùng/VNA/CVN


Avantages pour les entreprises étrangères

Les accords commerciaux dont le Vietnam est signataire contribueront à dynamiser l’économie nationale, ainsi que ses relations économiques et commerciales avec des partenaires de premier ordre comme les États-Unis, l’Union européenne, le Japon, la République de Corée…, précise PwC.

Le cabinet d’audit cite également les avantages du marché vietnamien en faveur des investisseurs. Le Vietnam poursuit un développement durable. Le gouvernement a pris toutes les mesures nécessaires pour accélérer la restructuration économique, simplifier les formalités administratives, renforcer la lutte anti-corruption et rendre l’environnement des affaires plus favorable aux investisseurs. Le Vietnam est le pays d’Asie ayant signé le plus grand nombre d’accords de libre-échange. En y injectant des fonds, les entreprises étrangères bénéficient de nombreux avantages, à commencer par l’exonération ou la réduction des droits de douane à l’export, informe PwC.

Le retrait des États-Unis de l’Accord de partenariat transpacifique (TPP) devrait avoir un impact nuancé sur les flux d’investissements au Vietnam, dans la mesure où le pays est signataire d’un grand nombre d’autres accords de libre-échange. Il a mené une politique offensive pour adapter son environnement des affaires aux investisseurs. Son gouvernement s’est engagé dans le développement durable et œuvre pour utiliser efficacement les IDE. Ces mesures font du Vietnam une destination attractive pour les investisseurs étrangers pour les années à venir.

La loi amendée sur les investissements, entrée en vigueur le 1er janvier 2017, devrait soutenir l’investissement des entreprises. En 2017, le pays souhaite attirer de 10% à 12% de plus d’IDE, en donnant la priorité aux seules entreprises soucieuses de protéger l’environnement.

L’IDE franchit les 23 milliards de dollars

Les réformes mises en place par le gouvernement pour améliorer l’environnement des affaires ont porté leurs fruits. En 2016, le pays a attiré 15,8 milliards de dollars d’IDE. Un record. Et 2017 sera aussi une excellente année. Selon le Département de l’investissement étranger du ministère du Plan et de l’Investissement, entre janvier et août, 23,36 milliards de dollars d’IDE ont été enregistrés, soit une progression de 45,1% en glissement annuel, dont 10,3 milliards ont été décaissés (+5,1%).

Entre janvier et le 20 août, 1.624 projets cumulant 13,45 milliards de dollars ont reçu leur licence d’investissement (+37,4%) et 773 projets ont relevé leur investissement initial pour un total de 6,4 milliards de dollars (+40,2%). Par ailleurs, le pays a  autorisé 3,5 milliards de dollars correspondant à 3.374 souscriptions de capital ou acquisitions de titres d’entreprises (+101,3%). Les IDE se sont concentrés dans 18 secteurs, à commencer par l’industrie manufacturière avec 11,69 milliards de dollars et 50% du total, suivie par la production et la distribution d’électricité avec 5,36 milliards, puis l’exploitation minière avec 1,28 milliard.

La République de Corée arrive en tête parmi les 98 pays et territoires investissant au Vietnam avec 6,02 milliards de dollars, soit 25,7% du total. Elle devance le Japon avec 5,74 milliards et Singapour (3,92 milliards). Hô Chi Minh-Ville est la localité attirant le plus d’IDE avec 3,3 milliards de dollars et 14,1% du total, suivie par Thanh Hoa (3,06 milliards) et Bac Ninh (3,05 milliards).

Hanoï attire les fonds dans les ZI

Capitale du Vietnam, Hanoï prévoit d’attirer en 2017 de 15 à 20 projets d’investissement dans ses zones industrielles (ZI) d’un fonds cumulé de 250-300 millions de dollars, notamment dans l’industrie auxiliaire, l’électronique et la mécanique de fabrication.

La ville s’intéresse à la réforme administrative, à l’amélioration de l’environnement de l’inves-tissement et des affaires, et applique certaines politiques prioritaires pour développer ses zones et complexes industriels. À présent, Hanoï gère 19 zones industrielles et technopôles couvrant une superficie totale de 5.250 hectares, outre 110 complexes industriels de 3.000 hectares.

Récemment, le Comité populaire municipal a promulgué la décision de créer quatre complexes industriels que sont Ninh Hiêp (spécialisé dans l’industrie légère et les articles de consommation), Duyên Thai (câbles électriques et produits mécaniques), Quat Dông (textile-habillement, chaussures, agroalimentaire...), et enfin Thanh Oai, (spécialisé dans l’industrie verte respectueuse de l’environnement).

En effet, au cours des cinq premiers mois de 2017, les ZI ont attiré sept nouveaux projets d’un fonds total de 13 millions de dollars (projets étrangers) et 724 milliards de dôngs (projets vietnamiens). Six projets ont demandé l’autorisation d’augmenter leur fonds, représentant un montant de 14,1 millions de dollars et de 102 milliards de dôngs. Au total, 628 projets sont opérationnels dans les ZI de Hanoï, dont 330 projets d’IDE totalisant 5,34 milliards de dollars.

Cependant, selon le directeur du Service municipal de l’industrie et du commerce, Lê Hông Thang, l’attraction de l’investissement dans les ZI et les complexes industriels n’est pas encore au niveau des attentes en raison des difficultés rencontrées dans la construction des infrastructures et de la complexité des formalités administratives concernant le foncier.

Face à cette situation, les autorités municipales ont décidé d’accélérer le perfectionnement des infrastructures, notamment la construction d’usines de traitement des eaux usées, de privilégier les projets de hautes technologies et respectueux de l’environnement, et de continuer à simplifier les formalités administratives.

Selon le Service municipal de l’industrie et du commerce, d’ici l’an 2020, Hanoï disposera de 119 complexes industriels. Entre 2021 et 2030, la ville s’efforcera d’attirer l’investissement dans ces 119 complexes, outre la création des quatre autres susmentionnés. Il a enfin proposé l’exemption de l’impôt foncier en faveur des entreprises et une assistance financière pour le traitement des eaux usées et des déchets rejetés dans les zones et complexes industriels.-CVN/VNA