Hanoi (VNA) - Face au mécontentement des Vietnamiens concernant la hausse des tarifs des péages sur beaucoup d’autoroutes, le vice-ministre des Communications et des Transports, Nguyên Hông Truong, a rencontré la presse pour éclairer sur les raisons d’une telle décision.

Le poste de péage de Hac Tri, sur la Nationale 2. Photo: VNA
- L’augmentation simultanée des frais de péages mécontente les Vietnamiens. Que pouvez-vous leur répondre ?

Tout d’abord, je veux rappeler qu’entre 2011 et 2015, une série d’autoroutes construites sous la forme de CET (Construction, Exploitation, Transfert) ont été réalisées à condition d’y installer un péage. Et selon la convention sur l’augmentation triennale du tarif, 2016 marque l’échéance pour bon nombre de routes, qui ont été soumises à un péage pour la première fois en 2013. La majoration tarifaire appliquée la même année sur beaucoup d’autoroutes entraîne une réaction de la part des usagers qui se voient obligés de payer plus de charges pour circuler. Nous avons pensé à cette réalité, et décidé de revoir globalement l’exploitation des ouvrages d’autoroutes sous forme de CET.

Pour les compagnies de transport routier de marchandises, qui doivent emprunter la route tous les jours, le ministère a demandé aux péages de proposer un abonnement mensuel au lieu de leur faire payer à chaque passage, ce qui devrait leur permettre de réaliser entre 15% à 20% d’économies. Pour les particuliers qui habitent tout près des autoroutes et qui doivent les emprunter pour une courte distance, nous avons demandé aux gérants d’appliquer un prix réduit pour l’abonnement mensuel. Ce genre de cas concerne par exemple ceux qui vivent à proximité des postes de Hoà Binh sur la Nationale 6, ou de Hac Tri sur la Nationale 2.

- L’augmentation des frais de péage sur l’autoroute Hanoï-Hai Phong est-il vraiment nécessaire ?

Sur ce point, nous réaffirmons que ce réajustement est conforme à la feuille de route du projet de construction de cette autoroute. Si on ne majore pas le prix du péage, il n’est plus possible de rembourser les investisseurs initiaux. Alors que le budget national se restreint, l’État doit mobiliser le secteur privé pour la construction des voies de communication. Et donc, je pense que les habitants et les entreprises doivent partager ces difficultés avec l’État.

Le ministère des Communications et des Transports s’engage à veiller au respect des réglementations en matière d’installation des cabines de péage sur les autoroutes. Photo: CTV/CVN
- Mais avez-vous des explications sur l’installation trop dense des cabines de péage observée sur certaines autoroutes ?

Premièrement, nous stipulons qu’une cabine de péage doit être au minimum à 70 km de l’autre. Néanmoins, en réalité, il y a des constructions qui se trouvent à 60 km ou à moins de 70 km les unes des autres du fait que l’investisseur n’a pas pu trouver un endroit approprié pour respecter rigoureusement cette distance.

Deuxièmement, en ce qui concerne la réglementation selon laquelle il existe au maximum trois cabines de péage dans un rayon de 50 km, les autoroutes à Hô Chi Minh-Ville et dans les provinces voisines respectent bien cette règle. Le non respect est observé dans plusieurs villes et provinces du Nord, nous avons réalisé de ce fait des inspections pour remettre de l’ordre. Le ministère des Transports et des Communications poursuivra ses contrôles pour veiller au respect des installations des cabines de péage.

* Le Vietnam possédera plus de 6.400 km d’autoroutes en 2030
 
Conformément au plan de développement du réseau autoroutier du Vietnam pour 2020 et vision pour 2030, le pays disposera de 21 lignes totalisant 6.411 km. Ce sont d’abord les axes Nord-Sud, entre de grandes villes comme Hanoï, Dà Nang (Centre) et Hô Chi Minh-Ville, et ceux qui relieront les grands ports nationaux au réseau principal, qui bénéficieront d’importants investissements. De nouveaux axes routiers vont compléter et développer le maillage actuel, contribuant à réduire la charge du trafic, essentiellement entre Hanoï et Hô Chi Minh-Ville.

Selon ce plan, l’autoroute reliant le Nord au Sud comprendra deux axes d’une longueur totale de 3.083 km : un premier axe à l’est, de 1.814 km, et un second à l’ouest, de 1.269 km. Au Nord, le réseau comprendra 14 autoroutes totalisant 1.368 km. Le Centre, dont les hauts plateaux, possédera trois axes d’un total de 264 km. Enfin, le réseau du Sud sera constitué de sept axes d’une longueur de 983 km. – CVN/VNA