Désormais, la diffusion et la publication des images des enfants sur les réseaux sociaux doivent être autorisées par les enfants et leurs parents. Photo : VNA
 

Hanoï, 5 octobre (VNA) - Depuis le 1er octobre, la circulaire N°09/2017 approuvée par le ministre de l’Information et de la Communication, Truong Minh Tuân, est entrée en vigueur. Ce document concerne la publication des images d’enfants dans les médias et sur Internet. Il vise à faire respecter davantage la vie privée et à renforcer les droits des enfants.

Tous les jours, des milliers d’images et de vidéos sont postées sur les réseaux sociaux. Il s’agit la plupart du temps des photos avec des amis, des enfants, des membres de la famille... Ces publications posent la question du respect du droit à l’image. Ces derniers temps, les violences et les abus sexuels sur les enfants deviennent un grave problème pour le pays. Le développement rapide d’Internet a facilité et augmenté la violation des droits des enfants et de leur vie privée. C’est pourquoi la circulaire N°09/2017 vise à protéger leur intérêt.

Concrètement, en relatant les affaires de violation de la loi dont les enfants sont victimes, la presse (les journaux, la télévision, les médias...) doit désormais flouter leurs visages afin de préserver leur intimité et leur dignité. Aussi, pour utiliser les images des enfants dans les programmes télévisés, il faut avoir l’autorisation leurs parents pour les enfants de moins de 7 ans et le consentement des enfants et de leurs parents à partir de 7 ans.

Signalisation pour les contenus déconseillés aux enfants

Concernant les affaires de violation de la loi dont les enfants sont victimes, la presse doit flouter leur visage afin d'assurer leur intimité et de respecter leur vie privée. Photo : TN/CVN


La circulaire N°09/2017 énonce le règlement concernant le temps de diffusion et de publication des informations sur les enfants. Le temps de diffusion des programmes réservés aux enfants doit représenter entre 2% et 5% du temps total de diffusion d’une chaîne de télévision pendant une semaine.

Pour les journaux imprimés ou électroniques, il faut au minimum que 5% du contenu soit consacré aux enfants.

De plus, les médias sont incités à diffuser en priorité des informations sur les droits des enfants, des programmes relatifs aux études, du contenu pédagogique, des campagnes de sensibilisation à la lutte contre les violences, la malnutrition…

Toujours selon cette circulaire, les organes de presse doivent informer les enfants si ils diffusent un contenu inadapté à leur âge : «L’approbation de ces mesures est nécessaire pour un meilleur respect de la vie privée des enfants. Elles permettent aussi aux parents de mieux éduquer leurs enfants», a affirmé l’ancien chef adjoint du Département de la protection et des soins des enfants relevant du ministère du Travail, des Invalides de guerre et des Affaires sociales, Nguyên Trong An.

À présent, la forme de l’icône visant à avertir les téléspectateurs d’un contenu déconseillé à une tranche d’âge reste encore à établir.-CVN/VNA