Ninh Binh (VNA) - La province de Ninh Binh dénombre actuellement 1.700 porteurs du VIH dont 1.000 bénéficient d’antirétroviraux. Son objectif : porter le nombre de bénéficiaires à 90% en 2020.


Conseils donnés à un porteur du VIH dans le Centre de prévention et de lutte contre le VIH/sida de la province de Ninh Ninh. Photo : VNA/CVN
L’hôpital du district de Nho Quan est l’un des deux établissements du pays ayant une salle de consultation médicale en faveur des porteurs du VIH.  En dehors des services de consultation, cette salle est chargée de donner des traitements par les antirétroviraux (ARV). Mise en service il y a deux ans, elle est devenue une adresse de confiance des séropositifs.

Selon son directeur-adjoint Dinh Thanh Son, le district de Nho Quan  compte 496 porteurs du VIH dont 196 sidéens, et 123 personnes sont déjà mortes de cette maladie. Parmi ces porteurs du VIH, 171 sont traités par les ARV, grâce au financement du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. Le district dispose par ailleurs  de cinq points de distribution d’ARV dans ses dispensaires, qui facilitent aussi le traitement des patients. 

Nécessité d’activités de communication

L’hôpital du district de Gia Viên fournit aussi, depuis le début de l’année, des consultations médicales et des ARV. Afin d’attirer les malades, l’hôpital, en coopération avec les communes, renforce les activités de communication afin d’élever les connaissances des habitants sur «la maladie du siècle» et inciter les porteurs du virus à protéger leur santé et celle des autres.

Actuellement, parmi 100 séropositifs, 30 sont traités par les ARV. Malgré ces efforts, les traitements par les ARV restent, à l’échelle de toute la province, modestes. L’une des causes est le processus de traitement rigoureux que doivent suivre les malades. Il y aussi la discrimination, qui incite nombre de malades à s’isoler.     

Selon lui, la province rencontrera beaucoup de difficultés pour atteindre l’objectif de 90% des porteurs du virus bénéficiant d’ARV en 2020, en raison d’aides internationales qui vont prendre fin en 2017. L’extension du bénéfice de l’assurance-santé aux personnes contaminées par le VIH s’est avérée particulièrement importante. L’assurance-santé permet en effet à nombre de séropositifs et sidéens d’accéder à des soins complets à un moindre coût. Aussi les activités de communication sur l’importance de souscrire une assurance santé sont-elles importantes. Ce combat a besoin de la participation de tous les échelons, secteurs, des malades et de leurs familles. -CVN/VNA