Hanoi (VNA) - «Ce sont les expériences vécues et les compétences acquises au fil des années qui aident les entreprises privées à s’adapter aux évolutions de la 4e révolution industrielle», a estimé Vu Tiên Lôc, président de la Chambre de commerce et d’industrie du Vietnam (VCCI). Entretien.
 
Vu Tiên Lôc, président de la Chambre de commerce et d’industrie du Vietnam (VCCI). Source: CVN

- Que pensez-vous du rôle du secteur économique privé dans le contexte actuel ?
 
Je constate une forte augmentation du nombre d’entreprises privées dans le pays. C’est bon signe après les efforts considérables menés par le gouvernement à travers les dernières réformes.
 
L’environnement commercial dans le pays s’améliore de plus en plus. Toute une série de mesures mises en place dernièrement favorisent les entreprises non étatiques. Plusieurs obstacles qui entravaient le bon fonctionne-ment du marché ont été supprimés ou modifiés afin de les adapter au fonctionnement de l’économie mondiale à laquelle sont soumises les entreprises vietnamiennes. Par exemple, depuis quelques temps, la charge fiscale des entreprises a été allégée suite à la volonté du gouvernement d’aider les entreprises privées à se développer.

Dans le monde d’aujourd’hui, les entreprises privées se doivent de produire plus qualitativement que par le passé. La production de masse n’est plus forcément à l’ordre du jour. À l’horizon 2020, le pays vise un million d’entreprises privées, dont l’activité bénéficiera à l’économie nationale. Un des défis pour les autorités réside dans le fait d’éviter que l’émergence de ces nouvelles entreprises privées ne se fasse au détriment des anciennes entreprises, qui ne doivent pas être abandonnées à la faillite.

- Les entreprises privées sont désormais plus soutenues mais leurs difficultés persistent malgré tout. Qu’en pensez-vous ?

La VCCI, la communauté des entreprises, les associations et les médias évoquent souvent les difficultés et les obstacles auxquels les entreprises privées doivent faire face. La rentabilité de ces entreprises est passée de 6,6% en 2012 à 3,2% en 2015, même si, mi-2017, il y avait deux fois plus d’entreprises créées que d’entreprises déposant le bilan. Les coûts de production moyens des entreprises au Vietnam sont 49 fois supérieurs à ceux des Philippines, en incluant les frais de transport et de logistique. Il est aussi important de prendre en compte l’augmentation du prix de l’essence.

- Quelles sont les attentes des entreprises privées concernant les politiques favorables dont elles bénéficient ?     

Je pense que les entreprises privées espèrent que les mesures prises par le gouvernement les aideront à réduire leurs coûts de production globaux, mais pas uniquement. Les chefs d’entreprises ont besoin que l’on instaure un cadre juridique davantage transparent et plus équitable, et surtout que l’on simplifie les formalités administratives.

- Quels sont les impacts de la révolution industrielle sur les entreprises privées ? 
 
Selon moi, bien que la révolution industrielle 4.0 ne date pas d’hier et ne soit apparue du jour au lendemain, peu d’entreprises vietnamiennes en comprennent réellement les enjeux et les conséquences. Par exemple, grâce au développement de l’e-commerce, les consomma-teurs peuvent aujourd’hui acheter les produits, faire shopping depuis chez eux. Les entrepreneurs, eux,  n’ont plus besoin de louer un terrain et de payer du personnel pour ouvrir une boutique. De nombreuses activités s’effectuent désormais via le Net, grâce notamment à la mise en œuvre des services de paiement en ligne et plus globalement des nouvelles technologies. Cependant, la plupart d’entre elles ne savent pas comment agir pour s’adapter. Aussi, beaucoup prennent conscience de la difficulté de rattraper leur retard technologique.
 
Le secteur privé est amené à devenir un moteur de l’économie nationale. Photo: VNA

- Quelles solutions proposez-vous ?

Pour que les entreprises ne soient pas victime de la révolution industrielle 4.0, elles doivent se perfectionner et adapter leur mode de production. Elles doivent utiliser les nouvelles technologies pour simplifier les formalités administratives. L’investissement dans la formation d’un personnel capable de mieux exploiter le potentiel des nouvelles technologies pour répondre aux nouveaux besoins de production est aussi quelque chose d’essentiel pour que les entreprises entrent durablement dans l’industrie du XXIe siècle.

- Quel rôle peut jouer l’État en la matière ?

Les politiques étatiques jouent un rôle important dans le développement des entreprises. Elles aident les entreprises à être plus optimistes, plus confiantes en leurs potentiels, ce qui les incite à  innover et investir. Outre la baisse de la taxation, les autorités doivent aussi organiser des évènements réunissant diverses entreprises afin qu’elles puissent échanger sur leurs expériences, y compris avec les entreprises étrangères. L’accent est souvent mis sur l’importance de la diffusion des innovations technologiques susceptibles de favoriser le développement des pays en voie de développement.

Pour résumer, la révolution technologique que nous vivons actuellement est une aubaine pour l’économie vietnamienne à condition que les entreprises réussissent à s’y adapter et à suivre le rythme de l’évolution mondiale. À terme, le secteur privé peut devenir une force motrice de l’économie nationale. – CVN/VNA