Le combat des buffles est devenu un des rendez-vous festifs. Particularité du pays, l’évènement démontre de la créativité et l’esprit inventif d’agriculteurs vietnamiens.

En étroit lien avec les agriculteurs

Chaque année, au 9e jour du 8e mois lunaire, les habitants de Dô Son (ville portuaire de Hai Phong, Nord) participent à leur fête traditionnelle au cours de laquelle ils rendent hommage à Diêm Tuoc, la divinité des Eaux et assistent au combat des buffles. C’est l’une de grandes célébrations comme en témoigne le nombre impressionnant de visiteurs qui y accourent.

D’après la tradition, une fois le combat terminé, le buffle victorieux sera immolé en sacrifice aux divinités. De manière générale, tous les buffles qui combattent sont sacrifiés puisque de coutume, manger la viande du buffle ayant combattu est porteur de chance.

Occasion d’invoquer les dieux

C’est entre les 16e et 17e jours du 2e mois lunaire que se tient le combat des buffles de Phù Ninh (un district de la province de Phu Tho au Nord). Exclusivité de cette localité, la fête est destinée à célébrer le pouvoir des pères fondateurs du Vietnam. Selon la légende, la fête tire ses origines d’une scène où deux buffles qui se battaient dans le marché Hàm Rông (mâchoire du Dragon) du village de Cao Lao (aujourd'hui commune de Phu Ninh) ont été abattus par des officiers généraux du roi Hùng. Depuis lors, les quatre villages de la localité (Cao, Phu man, Ngoc Trù et Ngoc Khôi) organisent des combats entre leurs buffles pour rendre hommage aux chasseurs.