Quang Ninh (VNA) – Près d’un millier de délégués ont participé à la 9e Conférence Asie-Pacifique sur la santé reproductive et sexuelle et les droits qui s’y rattachent (APCRSHR9), ouverte mardi 28 novembre dans la ville de Ha Long, province de Quang Ninh.
 
Le professeur-Docteur Lê Vu Anh en ouverture de l’APCRSHR9, le 28 novembre à Ha Long. Photo : apcrshr9vn.org
 
Organisée pour la première fois au Vietnam par l’Association de la santé publique du Vietnam (VPHA) sur le thème "Ne laisser personne de côté ! Justice en matière de santé sexuelle et reproductive", la conférence se focalise sur cinq questions.

Il s’agit de surmonter les obstacles sociaux, culturels et religieux à la santé sexuelle et reproductive; de renforcer les systèmes de justice pour la santé et les droits sexuels et reproductifs; de s’orienter vers un ordre économique juste pour la santé sexuelle et reproductive; de rendre l’éducation de bonne qualité en matière de santé sexuelle et reproductive accessible à tous ; et de faire progresser la justice et l’équité en matière de santé reproductive et de soins de santé.
 
A travers la conférence, la VPHA et le comité organisateur fourniront aux participants une plate-forme pour partager leurs expériences et les leçons apprises, a déclaré le président de la VPHA, le professeur-Docteur Lê Vu Anh.
 
L’APCRSHR9 offrira, selon lui, des opportunités inégalées aux individus et aux réseaux pour renforcer la coopération régionale afin de promouvoir la santé reproductive et sexuelle et les droits qui s’y rattachent pour tous. ​
 
Le vice-ministre de la Santé, Nguyên Viêt Tiên, s’adresse à l’APCRSHR9, le 28 novembre à Ha Long. Photo : apcrshr9vn.org

La région Asie-Pacifique connaît une croissance exponentielle et des changements rapides, ce qui a entraîné  des répercussions importantes sur les économies et les sociétés. Alors que des millions de personnes sortent de la pauvreté, les avantages et les coûts du développement ne sont pas équitablement partagés entre les nations et les groupes de population de la région. Concernant la santé en général et la santé génésique et sexuelle en particulier, les groupes déshérités et marginalisés n’ont souvent pas accès à de bons services.

Le vice-ministre de la Santé, Nguyên Viêt Tiên, a souligné que durant ces deux  dernières décennies, le Vietnam a accompli des progrès remarquables dans la mise en œuvre du programme d’action de la Conférence internationale sur la population et le développement de 1994, notamment en matière de santé sexuelle et reproductive.
 

Vue de l’APCRSHR9, le 28 novembre à Ha Long. Photo : baoquangninh.com.vn


Dans les temps à venir, le Vietnam continuera de s’efforcer de réduire et d’éliminer les disparités et les inégalités en matière de soins de santé en général, de santé génésique et sexuelle en particulier, d’accorder une attention particulière aux régions peuplées d’ethnies minoritaires, en vue de l’atteinte des objectifs de développement durable relatifs à la santé reproductive et sexuelle et les droits qui s’y rattachent, a-t-il indiqué.

Vingt conférenciers éminents présenteront jusqu’au 30 novembre des documents et mèneront des discussions sur les questions les plus urgentes sur la santé reproductive et sexuelle et les droits qui s’y rattachent, et 166 présentations orales supplémentaires seront données en 35 sessions parallèles.

Les résultats de la conférence devraient contribuer à promouvoir une révision des politiques et des pratiques visant à faire avancer la cause de la santé sexuelle et reproductive et des droits qui s’y rattachent et à ne laisser personne de côté dans cette quête collective. – VNA