Le café vietnamien est déjà présent dans plusieurs pays africains. Photo: VNA

 

Alger (VNA) – Les relations entre le Vietnam et les pays africains ne cessent de se développer et l’Afrique, avec ses potentiels, continue d’être un marché fructueux pour le Vietnam, a estimé Hoang Duc Nhuan, conseiller au commerce du Vietnam en Algérie, au Sénégal, au Mali, au Niger et en Gambie.

Selon lui, la dernière visite du président Tran Dai Quang en Égypte et en Éthiopie a ouvert de nombreuses opportunités de coopération dans le commerce et l’investissement entre le Vietnam et ces deux nations africaines et, plus généralement, l’Afrique. Plusieurs colloques et forums d'entreprises Vietnam - Afrique ou entre le Vietnam et des pays africains ont été organisés.

A ce jour, le Vietnam a établi des liens commerciaux avec la quasi-totalité des 55 pays africains. Les échanges commerciaux entre le Vietnam et l’Afrique se sont passés de 5,2 milliards de dollars en 2015 à 6,7 milliards en 2017, dont 2,7 milliards d’exportations vietnamiennes. Selon le Département général des Douanes, au premier trimestre de cette année, les exportations vers l’Afrique ont rapporté 723,7 millions de dollars au Vietnam, en hausse de 20% en variation annuelle, et les importations 212,7 millions (-67%). La Côte d’Ivoire, l’Afrique du Sud, le Ghana, l’Égypte, l’Algérie, le Maroc, le Nigéria, le Cameroun, le Bénin sont ses partenaires commerciaux principaux en Afrique.

Le Vietnam exporte vers l’Afrique des produits industriels (téléphone portables et accessoires, ordinateurs et pièces détachées, textile-habillement, sandales et chaussures), des produits agricoles (riz, café, poivre, amande de coco, noix de cajou), des produits aquatiques (poisson tra, basa, crevettes), des matériaux de construction… Le Vietnam importe des matières premières de l’Afrique telles que le coton, le bois, le cuivre, des minerais, des aliments pour animaux, etc.

En août dernier, les investissements africains au Vietnam étaient de plus de 1,5 milliard de dollars, répartis dans 247 projets. Parmi les 16 pays et territoires africains investissant au Vietnam, les Seychelles, Maurice, l’Angola et le Swaziland étaient les plus grands investisseurs. Les capitaux africains étaient principalement versés dans l’industrie manufacturière, le commerce de gros et de détail, les sciences et technologies, les services d’hébergement et la consultation.

Dans le sens inverse, jusqu’en 2015, le Vietnam a investi dans 33 projets dans 12 pays africains, dans les domaines de l’exploration et l’exploitation pétrolière, des télécommunications, de l’hydroélectricité, de la transformation de bois…, avec un montant total de près de 2,6 milliards de dollars.  

L’Afrique comprend 55 pays avec une population totale de plus de 1,2 milliard de personnes. Son économie a connu une forte hausse ces dernières années, entraînant ainsi la croissance de la consommation. Le volume d’importation de ce continent était estimé à environ 480 milliards de dollars en 2016, et devrait s’élever à 1.200 milliards en 2020. Le marché africain est considéré comme "assez facile" pour les marchandises vietnamiennes.

Actuellement, 43 sur 55 pays africains ont adhéré à l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Ils suppriment progressivement les barrières non tarifaires et diminuent les droits de douane. En raison des sécheresses fréquentes, des catastrophes naturelles et des troubles politiques, la production alimentaire en Afrique ne répond pas aux besoins de la population. En outre, l'industrie dans de nombreux pays africains est moins développée, et alors, ils doivent importer la plupart des biens de consommation.

Le riz, le café, le poivre, les produits aquatiques, les téléphones portables, les produits électroniques, du textile et les chaussures du Vietnam ont déjà une position sur le marché africain.

En ce qui concerne l’investissement, les pays africains ont une source de matières premières abondantes comme coton, noix de cajou, bois, pétrole, métaux précieux. Cependant, leur niveau d’exploitation reste encore à désirer. Ainsi, les pays africains appellent toujours les investisseurs vietnamiens. Une fois présents dans ces pays, les investisseurs peuvent profiter de ces ressources, de la main-d’œuvre locale et des préférences fiscales appliquées aux exportations de produits vers plusieurs pays dans la région, l’UE ou les Etats-Unis.

En particulier, avec la prochaine entrée en vigueur de l’accord de libre-échange africain, les pays membres devront supprimer la taxation sur plus de 90% du nombre de marchandises dans le futur.

S’agissant des difficultés pour le développement de la coopération commerciale et d’investissement entre le Vietnam et l’Afrique, Hoang Duc Nhuan a insisté sur l’instabilité socio-politique dans plusieurs pays du continent, les différences en termes de langues, cultures, systèmes juridiques, ainsi que la distance géographique. En outre, le Vietnam n’a que huit ambassades et cinq services du commerce en Afrique, ce qui limite l’accès des entreprises vietnamiennes aux informations sur ce marché. Les tricheries commerciales dans certains pays africains, l’absence d’accords servant de base pour les relations économiques, ainsi que les rares échanges de délégations, sont également des difficultés pour les liens entre les deux parties. -VNA