Les inondations sont depuis longtemps un problème auquel les Hanoiens s’intéressent tout particulièrement car, bien que des projets d’évacuation des eaux aient été réalisés, les risques sont toujours importants aujourd’hui, en particulier lors de la saison des pluies.

Ces dernières années, Hanoi a notablement investi dans la rénovation et l’amélioration de son réseau d’évacuation des eaux pluviales du centre-ville. Elle a spécialement veillé à améliorer la capacité d’évacuation des eaux des points constamment menacés, notamment les rues Huynh Thuc Khang-Lang Ha, Trân Huy Liêu-Giang Vo, Dào Duy Anh-Hoàng Tich Tri, Giai Phong-Dinh Liêt, ou encore Nguyên Huy Tuong. Beaucoup de projets ont été réalisés comme la rénovation du réseau d’égouts de la rue Khâm Thiên, la construction des stations de pompage de Yên So, de Dông Bông 1, de Dông Bông 2 et de Cô Nhuê... Des travaux sont en cours sur un secteur du réseau couvrant 44 rues.

Toutefois, selon le vice directeur général de l’EURL d’évacuation des eaux de Hanoi, Phan Hoài Minh, les inondations à Hanoi restent inévitables en cas de pluies torrentielles. Les raisons sont nombreuses : d’abord, le ratio d’égouts par personne de seulement de 0,4-0,5 m, à comparer à celui des grands centres urbains du monde est de 1,5 à 2 m. Ensuite, l’urbanisation rapide, avec l’apparition de nombreuses zones urbaines, est un facteur aggravant car aucune mesure générale ni spécifique n’ont été prises préalablement, ce qui multiplie d’autant les points d’inondations potentielles. Puis, le fait que les réseaux d’évacuation des eaux sont pour partie occupés par les habitants en raison d’une gestion relâchée des autorités. Enfin, depuis 2008, le Vietnam subit fréquemment les effets du changement climatique, et notamment des pluies torrentielles qui dépassent les capacités du réseau de la capitale.