Dà Nang (VNA) – L’installation de lampes à LED sur des bateaux de pêche de la région du Centre a permis de réduire la consommation de fioul tout en améliorant l’efficacité des prises nocturnes. Une initiative salutaire dans un contexte compliqué pour les pêcheurs et l’environnement. 

Un pêcheur installe le système des lampes à LED. Photo : CTV/CVN
Phan Van Chinh,  47 ans, domicilié dans le bourg de Thuân An de la province de Thua Thiên-Huê (Centre), a mis à flot en août dernier son bateau de 700 CV, financé par un prêt du gouvernement, pour pêcher le long des côtes. Un investissement qui lui permet de pratiquer également la pêche au lamparo, ou dite à la lumière, en pleine nuit.

Pour éclairer son bateau avec le matériel nécessaire, le pêcheur a abandonné les lampes à sodium haute pression et investi près de 150 millions de dôngs pour un système de lampes à diodes électroluminescentes (LED).

Moins de CO2 et plus de poissons

Ces lampes dernière génération ont été développées par la Compagnie des techniques Novas, située dans la ville de Dà Nang (Centre), et ont déjà su faire preuve de leur efficacité. 

“Avec ces nouvelles installations, le système d’éclairage de mon bateau consomme moins de fiou. Je dépense 20 millions de dôngs par mois contre 30 millions auparavant. Les prises ont également augmenté, et je peux encaisser aujourd’hui tous les mois 150 millions de dôngs au lieu de 100 auparavant”, s’enthousiasme Phan Van Chinh. Bien d’autres pêcheurs à Thua Thiên-Huê lui ont par la suite emboîté le pas.

D’après Nguyên Nam Hai, directeur adjoint de Novas, l’idée de concevoir un système de lampes performantes et économiques au service de la pêche est née en 2013. Après avoir observé les pêcheurs en action, son équipe a analysé leurs habitudes de consommation énergétique. Une lampe au sodium de 1.000 W est tout aussi gourmande qu’un climatiseur individuel. Pour pratiquer la pêche au lamparo, il faut en moyenne installer sur chaque bateau entre 50 et 100 pièces du genre, consommant ainsi entre 40 et 50 millions de dôngs de fioul par mois. Il explique aussi que ces lampes sont installées uniquement sur les bords en hauteur du bateau. Résultat : seules 15% d’entre elles se montrent réellement efficaces pour attirer les poissons.

Les lampes à LED consomment moins de carburants, permettant aux bateaux de pêche de réduire les rejets de CO2 dans l’air. Photo : VNA

“Face à cette réalité, nous avons planché sur un concept de lampes économiques pour les bateaux de pêche, leur permettant de réduire à la fois les émissions de C02 et d’augmenter le rendement. C’est ainsi que nos lampes à LED pour la pêche à la lumière ont pu voir le jour”, commente Nguyên Nam Hai. 

Ces produits ont été conçus pour résister aux conditions difficiles en mer, et plus particulièrement la corrosion. Pour chaque bateau, en fonction de sa puissance, entre 50 et 100 pièces sont installées sur les bords. De plus, de trois à cinq lampes à LED d’une puissance de 1.000 W peuvent être placées sous l’eau jusqu’à 50 mètres, permettant d’attirer les poissons en eau profonde.

Un navire équipé de 100 lampes n’aura besoin que d’un générateur électrique de 20 KW et non plus de 100 KW pour alimenter le système. En moyenne, chaque bateau peut économiser de 2.000 à 3.000 litres de fioul par mois, soit près de 60% du carburant, et permet de baisser de 60 tonnes les rejets de CO2 dans l’air. “Une flottille de 40.000 bateaux peut réduire ainsi le rejet de 2,4 millions de tonnes de CO2 par an. C’est notre objectif principal”, conclut l’ingénieur Nguyên Nam Hai. – CVN/VNA