​Renforcement des contrôles aux portes frontalières. Photo: VNA

Hanoi (VNA) - Le secteur de la santé continue de renforcer les contrôles et la supervision du virus Zika aux portes frontalières, ainsi que l'entraînement ​à la prévention et à la lutte contre celui-ci.

En outre, et en coopération avec les ministères, les secteurs et les organisations internationales au Vietnam, il accélère l'information de la population sur la maladie ​afin de pouvoir détecter au plus tôt les cas comme pour s'assurer d'une meilleure efficacité des mesures préventives prises.

Le secteur de la santé a recommandé à la population de suivre attentivement les informations sur cette maladie, de respecter la réglementation en matière de santé, de limiter les déplacements dans les zones touchées par ce virus, ainsi que d'appliquer strictement les mesures préventives.

Le Vietnam suit attentivement les touristes revenant de zones contaminées et leur donne des recommandations pour prévenir et lutter contre cette maladie. L'Institut Pasteur de Ho Chi Minh-Ville a déjà testé 1.200 personnes.

Selon le Département de médecine préventive du ministère de la Santé, le 18 février 2016, il y a 44 pays et territoires touchés par cette maladie, et trois décès constatés, un Vénézuélien et deux Brésiliens. La Chine et la Thaïlande figurent parmi ces pays.

L'arrivée du virus Zika au Vietnam est un risque évident, d'autant qu'il connaît chaque semaine 200.000 entrées et 170.000 sorties de son territoire.

Un moustique infecté du genre Aedes. Crédit Photo: AFP/VNA

Selon l'OMS, le virus Zika a été identifié pour la première fois en Ouganda en 1947 chez des singes rhésus, par le biais d’un réseau de surveillance de la fièvre jaune selvatique.

Il a ensuite été identifié chez l’homme en 1952 en Ouganda et en République-Unie de Tanzanie. Des flambées de maladie à virus Zika ont été observées en Afrique, dans les Amériques, en Asie et dans le Pacifique.

Le virus Zika se transmet à l’être humain par la piqûre d’un moustique infecté du genre Aedes dans les régions tropicales. Celui-ci transmet aussi la dengue, le chikungunya et la fièvre jaune. ​-VNA