La récente exposition "Mach nguôn hanh phuc" (La source du bonheur) au Musée des beaux-arts du Vietnam réunit des œuvres classiques et contemporaines encapsulant la chaleur et la douceur du foyer familial et invite le visiteur à réfléchir à l’influence du bonheur dans la création artistique et dans la vie. À visiter avec La Voix du Vietnam.

À l’occasion de la Journée internationale des musées, le 18 mai, et en écho à l’Année de la famille vietnamienne, le Musée des beaux-arts du Vietnam vient d’organiser une exposition au titre ô combien évocateur : "La source du bonheur" ... En fait de bonheur, il s’agit ici de bonheur familial : tout un programme !...

La salle d’exposition est remplie d’œuvres très diverses par la forme, mais qui évoquent toutes un bonheur simple, un bonheur de tous les jours... Ici, c’est un tableau nous montrant une mère en train de raccommoder des vêtements... Là, c’est une femme qui porte son enfant dans les bras...

Phan Van Tiên, directeur du musée des beaux arts a fait savoir : "Il y a en tout 77 œuvres exposées : des peintures, des sculptures... ça recouvre plusieurs générations d’artistes, depuis ceux de l’École des beaux-arts d’Indochine comme Trân Van Cân ou Lê Quôc Lôc jusqu’aux jeunes étoiles montantes d’aujourd’hui comme Vu Cuong, Hà Chi Hiêu ou Dào Quôc Huy... Je trouve que toutes ces œuvres sont vraiment empreintes d’une tendresse propre à évoquer la chaleur et la douceur du foyer familial".

Les œuvres exposées nous présentent bien sûr beaucoup de portraits de femmes, de mères en l’occurence. Beaucoup d’entre elles sont d’ailleurs les mères ou les épouses des artistes. Mais personne ne s’en étonnera, après tout !...

Trân Hâu Yên, peintre et maître de conférences à l’École des beaux-arts a dit: " +La source du bonheur+... Rien que ça, ça évoque plein de choses... Certaines des œuvres exposées ici sont signées par de grands noms de la peinture vietnamienne. Je pense à Trân Van Cân, à Nguyên Trong Hop, Lê Huy Hoa, pour parler de ceux qui sont morts, mais aussi à Nguyên Quân ou Pham Viêt Hông Lam, qui ont entre 60 et 70 ans, aujourd’hui... Je trouve qu’ils méritaient vraiment qu’on rende hommage à leur talent ! "

Parallèlement à l’exposition proprement dite, le Musée des beaux-arts a organisé un programme d’éducation artistique sur le mode interactif, qui permet par exemple aux visiteurs de dialoguer avec des artistes et de s’essayer à la décoration des poteries ou à la fabrication des éventails en papier. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que le musée se livre à ce genre d’initiative, soucieux qu’il est de l’aspect pédagogique de ses manifestations.

Trân Thi Lan Huong, vice-directrice de l’ É cole primaire Nam Thanh Công a estimé : "En venant ici, nos élèves peuvent participer à de nombreuses activités qui enrichissent leurs connaissances. Cela leur est utile, à eux, mais aussi aux enseignants qui les accompagnent. J’espère que le Musée des beaux-arts prendra d’autre initiatives du même genre en y conviant les écoles."

Une manifestation placée sous le signe du bonheur familial, donc ! Une forme de bonheur qui prime sur bien d’autres. C’est en tout cas ce que, du haut de ses 10 ans, semble avoir parfaitement compris Nguyên Tuân Dat, élève de l’École primaire Dông Dô, de Hanoi a dit : "Ici, on voit que le bonheur familial passe avant tout, que même lorsque les conditions de vie sont difficiles, qu’il y a des privations, il y a toujours cette extraordinaire richesse d’être ensemble... Il faut que je profite de tous ces moments si précieux passés en famille !"

La mondialisation a parfois tendance à ébranler certaines de nos traditions culturelles, qui sont pourtant le fondement même de notre société. C’est bien pour cela qu’une exposition comme "La source du bonheur" peut revêtir une importance capitale, de nos jours ! - VNA