Rencontre entre les Premiers ministres Nguyen Tan Dung et Shinzo Abe en marge du 27e Sommet de l'ASEAN en Malaisie. Photo : VNA
 

Kuala Lumpur (VNA) – En marge du 27e Sommet de l’ASEAN et de ses conférences connexes en Malaisie, le Premier ministre vietnamien Nguyên Tân Dung a eu une rencontre, dans la soirée du 20 novembre, avec son homologue japonais, Shinzo Abe.

Ils ont discuté de mesures ​propres à accélérer l’application des accords bilatéraux, dont la Stratégie d’industrialisation du Vietnam dans le cadre de la coopération Vietnam-Japon, les Visions communes de moyen et de long termes sur la coopération bilatérale dans l’agriculture, ainsi que du développement des relations bilatérales dans l’industrie auxiliaire, la formation de ressources humaines et l’énergie nucléaire.

Les deux dirigeants se sont engagés à faire en sorte que le projet d’Université Vietnam-Japon soit lancé dès 2016.

Tokyo a décidé d’accorder au Vietnam une aide supplémentaire de 1,4 milliard de dollars, portant à 2,5 milliards de dollars le montant total de ses aides publiques au développement pour l’exercice fiscal de 2015. Cette aide supplémentaire ​est affectée à la ligne de métro Ben Thanh-Suoi Tien de Ho Chi Minh-Ville, à la centrale thermoélectrique de Thai Binh, ainsi qu’à un projet d’amélioration de l’environnement aquatique dans la mégapole du Sud.

Les deux Premiers ministres sont convenus de renforcer la coopération bilatérale dans le cadre du fonds de crédit au développement d'infrastructures de haute qualité en Asie.  

Ils ont également décidé de poursuivre leur coopération étroite au sein des forums multilatéraux, d’œuvrer pour une ratification rapide de l’Accord de partenariat transpacifique (TPP) et une accélération des négociations de l’Accord de partenariat économique intégral régional (RCEP). Il est également important de contribuer à la 21e Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur le changement climatique (CCNUCC), prévue prochainement à Paris.

Nguyên Tân Dung et Shinzo Abe ont enfin souligné la nécessité de garantir la paix, la sécurité et la liberté de la navigation maritime et aérienne en Mer Orientale conformément au droit international, dont la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer de 1982, d’appliquer ​strictement la Déclaration sur la conduite des parties en Mer Orientale (DOC), de parvenir rapidement ​au Code de conduite​de la Mer Orientale (COC), ainsi que d’éviter la militarisation dans cette zone maritime.-VNA