Les victimes de l'agent orange/dioxine ont besoin d'un soutien constant. Photo : VNA

 Le partage d'informations et la proposition de mesures pour coopérer dans le traitement des sols contaminés par l'agent orange/dioxine épandue par l'armée américaine pendant la guerre au Vietnam ont fait l'objet d’un séminaire le 7 septembre à Hanoi.

Il s'agissait de la coopération poursuivie par l’Association de conservation de la nature et de l’environnement du Vietnam (VACNE) et la société sud-coréenne de biologie BJC dans le but de mettre en oeuvre le projet de traitement des conséquences de la dioxine, conformément à un mémorandum signé l'année dernière entre les organes compétents des deux pays.

​Prenant la parole, le Docteur Mai Thanh Dung, directeur adjoint du Département de l'environnement du Vietnam, a précisé que ​son pays cherchait à ​traiter définitivement ​la question de la dioxine dans les zones gravement contaminées, notamment dans le district d'A Luoi de la province ​de Thua Thien-Hue (Centre).

Des scientifiques vietnamiens et sud-coréens ont présenté les résultats de leurs dernières recherches en ce domaine, échangé des mesures microbiologiques pour la décontamination de l’environnement, et discuté des difficultés à régler pour la mise en oeuvre du projet à A Luoi.

Après ​ce séminaire, les scientifiques coréens et la délégation VACNE ont prélevé des échantillons de sol dans ce district d'A Luoi pour expérimenter une méthode de traitement microbiologique.-VNA