Selon les données statistiques, le montant des devises transférées par les Viêt kiêu au Vietnam a atteint un record en 2014 : 12 milliards contre 35 millions de dollars en 1991. Le Vietnam figure ainsi dans le Top Ten mondial des pays receveur de devises, selon la Banque mondiale.

Ainsi, depuis 1991, le pays a reçu plus de 92 milliards de dollars des Viêt kiêu, faisant de ces derniers la 2e source de capitaux après l’investissement direct étranger. Cette année, le pays compte recevoir de 13 à 14 milliards de dollars de leur part.

Ce sont les États-Unis qui arrivent en tête, suivis par l’Australie, le Canada, l’Allemagne, le Cambodge et la France.

Par ailleurs, de plus en plus d’hommes d’affaires Viêt kiêu reviennent au pays natal pour investir, contribuant grandement au développement socioéconomique du pays.

De multiples occasions d’investissement au pays natal

À ce jour, de plus en plus d’occasions d’investissement se présentent aux Vietnamiens d’outre-mer et, de fait, l’on dénombre actuellement plus de 2.000 projets de ceux-ci, représentant près de 20 milliards de dollars.

Hô Chi Minh-Ville est une destination de choix pour de nombreux Viêt kiêu. D’après Trân Hoà Phuong, vice-président du Comité municipal chargé des Vietnamiens d’outre-mer, la municipalité favorise toujours les investisseurs Viêt kiêu afin de leur permettra de contribuer au développement socioéconomique local et, plus largement, national.

Le Tràng Tiên Plaza de Hanoi, du groupe Liên Thai Binh Duong appartenant à des Viêt kiêu.
Toujours selon lui, Hô Chi Minh-Ville recense plus de 2.500 projets de Vietnamiens d’outre-mer cumulant plus de 261 millions de dollars.

Parmi eux, il y a des entreprises d’envergure connaissant le succès comme la Compagnie de traitement des déchets solides Da Phuoc (VWS), ou encore les groupes Liên Thai Binh Duong (IPP), Norfolk Vietnam...

Une passerelle entre entrepreneurs étrangers et vietnamiens

Beaucoup de Viêt kiêu jouent un rôle important dans les relations entre les entrepreneurs étrangers et vietnamiens. Thân Trong Phuc, un Viêt kiêu des États-Unis, Vo Quang Huê, d’Allemagne, Nguyên Tri Dung, du Japon, en sont quelques-uns. C’est grâce à l’intermédiation de M. Phuc que le groupe Intel est présent au Vietnam, et à celles de MM. Huê et Dung pour les groupes Bosch et Fujitsu.

Le vice-président du Comité chargé des Vietnamiens d’outre-mer de Hô Chi Minh-Ville a précisé que neuf investisseurs Viêt kiêu ont consacré 113,3 millions de dollars dans la zone des hautes technologies de la mégapole du Sud.

Afin de mieux attirer de tels investisseurs, Trân Dinh Thiên, chef de l’Institut central d’économie du Vietnam, a souligné que le gouvernement simplifiait davantage les formalités administratives et propose des politiques privilégiées sur le long terme. -CVN/VNA