Les participants ont pu essayer de faire directement des expériences scientifiques en visitant les stands. Photo : VNA

Hanoi (VNA) - Pour insuffler la passion pour les sciences aux plus jeunes, les écoles se sont mises à adopter le programme STEM qui mise sur l’expérimentation et une approche vivante de ces matières. Une initiative pour tordre le cou aux préjugés, et susciter des vocations.

Le 14 et le 15 mai dernier à Hanoi, des centaines d’écoles, des milliers d’élèves et tout autant de parents et professeurs, venant non seulement de Hanoi mais aussi des provinces de Nam Dinh, Thái Binh, Quang Ninh et Thái Nguyên, se sont réunis pour célébrer à leur manière le programme STEM (sciences, technologies, ingénierie, mathématiques).

Organisée par le ministère des Sciences et des Technologies, la fête avait pour thème cette année «La machine à remonter le temps», fil rouge pour les activités centrées sur les progrès et le développement de la science tout au long de l’histoire. Des mathématiques à l’architecture, en passant par les techniques développées pendant la préhistoire, l’événement était découpé en sept zones censées représenter différents domaines scientifiques.

Une troisième édition fidèle à ses principes : les projets et les stands sont mis sur pied principalement par les élèves eux-mêmes. Mais une invention a particulièrement tapé dans l’œil des visiteurs : le «flycam» développé par la classe 9A2 du collège Trung Vuong de Hanoi. Ce dernier peut parfaitement voler tout en transmettant des images et des vidéos directement sur les téléphones portables. Pour les petits ingénieurs derrière le projet, c’est un moyen pour allier l’innovation et la créativité tout en misant sur le système.

«Soutenus par le club STEM de notre école, nous avons réussi à créer ce «flycam» en utilisant des matières premières pas chères, comme le bambou, le carton ou la colle. Son coût total est de seulement 700.000 dôngs, bien moins que les «flycams» vendues en magasin (entre 2 et 10 millions de dôngs NDLR)», a fait remarquer Pham Thao, un des élèves du collège Trung Vuong.

Outre ce flycam, d’autres «créations», toutes aussi impressionnantes, ont séduit le public, telles que le générateur d’électricité ou une machine d’extraction d’huile essentielle. Des activités et une approche qui permettent aux jeunes participants, selon leurs dires, de mieux comprendre les théories scientifiques «sèches» via une application  concrète dans la vie quotidienne.

Nouveau modèle d’enseignement

Initiée par le ministère des Sciences et des Technologies depuis trois ans, l’intégration du programme STEM dans le cursus est maintenant très prisée par les écoles. Son principe, qui s’appuie principalement sur la pratique et les expériences, contribuera  à amélioration l’enseignement des cours de sciences, considérés depuis longtemps comme secs et ennuyeux.

«Organiser ces activités dans les écoles n’est pas dispendieux. On utilise principalement des matériaux recyclés comme le carton, le bois, les bouteilles. De plus, le processus de réaliser des recherches et de fabriquer des produits renforcera les capacités de réflexion et de créativité des élèves.», a partagé Nguyên Manh Linh, sous-directeur du collège Trung Vuong.

Le ministère des Sciences et des Technologies s’est par ailleurs engagé à poursuivre le développement de l’initiative, mais aussi à organiser annuellement la fête STEM dans les temps à venir.

À travers la fête, le comité d’organisation espère que le STEM puisse rayonner dans toutes les écoles et y créer des mouvements pour stimuler les recherches scientifiques. –CVN/VNA