Hanoi, 26 juillet (VNA) - Faire avancer un projet, le mener à bien, apprendre comment structurer une idée pour aboutir à la création d’une entreprise. Ce sont les objectifs majeurs de l’atelier de formation «Sensibilisation à la création d’entreprise» qui a lieu du 25 au 27 juillet à Hanoï.

La formation «Sensibilisation à la création d’entreprise» fournit aux jeunes francophones des outils essentiels pour monter une entreprise.

Quatorze équipes : dix à Hanoï (Nord), une à Hô Chi Minh-Ville (Sud), une à Huê (province de Thua Thiên-Huê, Centre) et deux au Cambodge - totalisant 29 personnes - participent du 25 au 27 juillet à l’atelier de formation «Sensibilisation à la création d’entreprise». Les équipes de Hô Chi Minh-Ville, de Huê et du Cambodge suivent la formation à distance. 

Cet atelier, qui s’inscrit dans le cadre du concours «Start-up - L’esprit entrepreneurial !» est organisé par l’École supérieure de commerce extérieur de Hanoï en partenariat avec le Bureau Asie-Pacifique de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF). Elle est animée par le Dr Stéphane-Laure Caubet, fondatrice et directrice de la société 8S2Business, une société de conseil en organisation et stratégie pour les start-up, petites et moyennes entreprises.

Les compétences pour créer une société

«Il s’agit d’une formation de sensibilisation, de formation à l’entreprenariat. L’intérêt est de permettre aux personnes porteuses d’un projet de pouvoir le faire avancer, de le mener à bout et d’apprendre comment structurer leurs idées afin d’aboutir à la création d’une entreprise», a informé Stéphane-Laure Caubet. Les participants vont être amenés à voir quels sont les éléments nécessaires pour qu’ils puissent mener à bien leurs projets, monter leur propre entreprise avec de bonnes cartes en main pour pouvoir faire des bénéfices, embaucher et réaliser tout ce qu’ils ont envie de faire, de mettre à jour.
 
Quelques mots sur la formatrice Stéphane-Laure Caubet
 
Diplômée de l’Université Sorbonne-Paris-Cité, en France, Stéphane-Laure Caubet a plus de dix ans d’expériences dans le secteur public et privé en Europe et en Asie. Son expérience professionnelle l’a amenée à travailler principalement dans le domaine du management, du recrutement et du conseil juridique.

Concrètement, qu’est ce qui attend les participants ? D’abord une partie théorique, puis des exercices pratiques, sous forme d’ateliers. Ils vont ainsi apprendre comment présenter leur activité, leur business, leur vision. «Pour cela, on va travailler ensemble pour avoir une vision claire de ce dont ils ont besoin. On va donc parler de l’entreprise, de la recherche des fonds, des investissements, puis chercher des co-fondateurs, des personnes à même de pouvoir développer l’entreprise et ses projets», a précisé la formatrice.

Le concours «Start-up ! L’esprit entrepreneurial», réservé aux jeunes francophones de moins de 30 ans, a été lancé début mai par l’École supérieure de commerce extérieur de Hanoï, en partenariat avec l’AUF. Quatorze candidats avec autant d’idées ont été inscrits pour la phase initiale. Après avoir persuadé le jury de la faisabilité de leur projet, ils se sont tous qualifiés pour la 2e phase afin de procéder à la rédaction d’un plan d’affaires détaillé.

La formation donnée du 25 au 27 juillet, qui s’inscrit dans le cadre de la 3e phase du concours, a ainsi pour vocation de donner aux jeunes francophones les outils essentiels à la création d’une entreprise. - CVN/VNA