dimanche 25 juin 2017 - 22:32:45

Un nouveau grand stade pour les SEA Games 31 ?

Imprimer

Hô Chi Minh-Ville (VNA) – Hô Chi Minh-Ville compte construire un nouveau stade de 50.000 places dans le complexe sportif de Rach Chiêc. D’un investissement prévisionnel de 3.450 milliards de dôngs, cet ouvrage serait la principale structure des 31es Jeux d’Asie du Sud-Est.
 
Mise en chantier de la route menant au complexe sportif de Rach Chiêc. Photo : NK/CVN
Les 31es Jeux d’Asie du Sud-Est (SEA Games 31) auront lieu en août 2021 au Vietnam. Ils réuniront près de 20.000 personnes venues des dix pays membres de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN).

Le Service de la culture et des sports de Hô Chi Minh-Ville a présenté son projet de candidature et d’organisation des SEA Games 31 au Département général de l’éducation physique et des sports, ainsi qu’au Comité populaire de la ville et aux localités concernées afin de recueillir leurs opinions. Puis, ce projet sera soumis au Comité municipal du Parti communiste du Vietnam (PCV) pour Hô Chi Minh-Ville et, enfin, au gouvernement.

Le «cœur» des SEA Games 31

Si Hô Chi Minh-Ville est désignée ville organisatrice, elle construira une série de nouveaux ouvrages. Le projet provisoire prévoit de donner la priorité à la construction du complexe sportif de Rach Chiêc dans le 2e arrondissement, composé  notamment d’un stade de 50.000 places.

«Ce stade sera réservé aux cérémonies d’ouverture et de clôture. Pour l’heure, deux entreprises ont exprimé leur souhait d’investir dans ce projet», a souligné un responsable du Service municipal de la culture et des sports.

Une fois achevé, ce stade répondra aux critères d’organisation des matchs de football internationaux. Considéré comme le «cœur» des SEA Games 31, il comprendra aussi une piste d’athlétisme. Montant de la facture : 3.450 milliards de dôngs.
 
Les SEA Games 31 représentent une formidable opportunité pour le secteur touristique. Photo : VNA
Selon le budget prévisionnel, les préparatifs et l’organisation des SEA Games 31 nécessiteront 2.309 milliards de dôngs, sans compter la somme pour la construction dudit stade. Concrètement, Hô Chi Minh-Ville octroiera 1.347 milliards de dôngs à la rénovation des installations sportives et 962 milliards à l’organisation des SEA Games. Elle veut se reposer sur ce qui fait sa force : son budget.
 
«Nous recourrons au budget de la ville et non à celui de l’État», a assuré Dinh La Thang, secrétaire du Comité municipal du PCV de Hô Chi Minh-Ville. La mégalopole du Sud compte en effet profiter au maximum des recettes provenant de la manne financière des sponsors, des associations et autres organismes.

Concernant la rénovation des installations sportives, la mégapole du Sud octroiera 1.007 milliards de dôngs. Si elle est désignée ville organisatrice, elle n’aura à dépenser que 310 milliards de dôngs du budget central et 30 milliards du budget de la province voisine de Binh Duong. Hô Chi Minh-Ville a en effet désigné cette dernière comme la province coorganisatrice des SEA Games 31. Cette localité accueillera trois disciplines : football, lutte et cyclisme.

Parmi les 962 milliards de dôngs réservés à l’organisation des SEA Games, 50 milliards iront aux cérémonies d’ouverture et de clôture, 269 milliards aux services d’intendance et de la circulation publique, 383 milliards aux travaux techniques, 44 milliards à la sécurité.

Une opportunité en or pour le tourisme

Utilisation du budget de la ville, participation de toutes les couches sociales et frais modérés. Tels sont les arguments de poids du projet de Hô Chi Minh-Ville. Par ailleurs, cette dernière s’engage à offrir aux délégations sportives étrangères des conditions d’accueil optimales et à profiter au maximum des installations sportives après l’événement.

Les responsables des voyagistes de la mégalopole du Sud estiment que les SEA Games 31 seront une «opportunité en or» pour le secteur touristique de la ville, en raison de l’afflux de supporters.

«Nous tablons sur 20.000 visiteurs des pays de l’ASEAN. Si ce chiffre augmente nettement, les infrastructures de Hô Chi Minh-Ville pourront faire face», a assuré Nguyên Quôc Ky, directeur général du voyagiste Vietravel. Pour l’heure, la ville dispose de centaines d’hôtels aux normes internationales. Elle compte 1.161 agences de voyage. Au total, 5.010 guides touristiques disposent d’une carte officielle, parmi lesquels 52% sont des guides internationaux.

Mais pour pouvoir tirer profit au maximum des opportunités que représentent les SEA Games 31, les voyagistes doivent améliorer leur compétitivité et réduire les coûts. Il faudra aussi inventer des produits touristiques qui sortent de l’ordinaire. Cela nécessitera une bonne coopération entre les autorités municipales et les voyagistes. – CVN/VNA
   

Vos commentaires sur cet article ...
Autres